Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for mai 2009

Quand les confrères parlent de RFI : c’est la chronique « Médias, grand angle » d’Amaury de Rochegonde sur France Info.

Depuis près de trois semaines, la voix de la France se tait. RFI, Radio France Internationale, est en effet en grève depuis le 12 mai pour protester contre un projet de la direction de supprimer 206 postes sur 1100, soit 22% des effectifs…

Read Full Post »

INVITATION RFIripostebis

Read Full Post »

Texte et premières signatures d’une pétition de soutien aux salariés de RFI parue dans le quotidien Libération de ce vendredi 29 mai 2009

 

Au moment même où Nicolas Sarkozy annonçait fin janvier une aide de 600 millions d’euros à la presse écrite, l’État lançait un plan de licenciements massif à RFI sous le prétexte que ses comptes ne sont pas équilibrés : 206 départs prévus soit un quart des effectifs permanents. À ce jour c’est l’unique plan social en cours dans une société publique. Il contredit à lui seul la politique prétendant donner la priorité à la sauvegarde des emplois.

Au début des années 1980, RFI était la 28e radio mondiale derrière Radio Tirana. Aujourd’hui, avec 46 millions d’auditeurs réguliers, elle fait partie du peloton de tête, juste derrière la BBC et la Voix de l’Amérique. En Afrique, RFI est le leader d’opinion incontesté. Plus que tout autre média, RFI joue un rôle actif dans la politique et la diplomatie de la France. C’est la radio qu’écoutait Ingrid Bétancourt dans la jungle colombienne, Lech Walesa envoyé en résidence surveillée par le général Jaruzelski ou les otages français du Liban. La réduction de RFI à la portion congrue a lieu au moment même où se crée l’Audiovisuel extérieur de la France (AEF), la holding qui rassemble RFI, France 24 et TV5 Monde. Au sein de ce regroupement, il ne faudrait pas déshabiller RFI au profit de France 24. RFI devrait être le fer de lance de l’AEF, sa vitrine, son atout maître, pas son souffre-douleur. RFI est un bel outil de promotion des valeurs de France et de la francophonie. Il a fait ses preuves. Il ne faut pas le casser. En cette période de crise, l’Etat doit donner l’exemple et retirer le plan social à RFI.

 

Premiers signataires :Jean-Marc Ayrault, président du groupe PS à l’Assemblée; Georges Balandier, anthropologue;Goran Bregovic, compositeur; Barbara Cassin, philosophe; Manu Chao, chanteur Patrice Chéreau, metteur en scène; Claude Cheysson, ex-ministre des Affaires étrangères; Hélène Cixous, écrivaine; Alain Corneau, cinéaste; Michèle Cotta, ex-présidente de la Haute autorité de l’audiovisuel et de Radio France; Harlem Désir, député européen; Laurent Fabius, ex-Premier ministre; Hailé Gerima, cinéaste; Maxime Gremetz, député; Stéphane Hessel, ambassadeur de France; Albert Jacquard, généticien; Eva Joly, ex-juge d’instruction;Jean-François Kahn, journaliste; Jack Lang, ex-ministre de l’Education et de la Culture; Serge Latouche, économiste; Jean-Marc Lévy Leblond, physicien;Corinne Lepage, vice-présidente du Modem; Alain Mabanckou, écrivain; Noël Mamère, député; Pierre Mauroy, ex-Premier ministre ; Ariane Mnouchkine, metteur en scène; Olivier Mongin, directeur de la revue Esprit; Yolande Moreau, comédienne; Pap Ndiaye, historien; Michel Onfray, philosophe; Erik Orsenna, écrivain; Jean-Michel Ribes, dramaturge; Michel Roquejeoffre, général; Marielle de Sarnez, député européen; Ousmane Sow, sculpteur; Bernard Stiegler, directeur du développement culturel au Centre Georges-Pompidou; Catherine Tasca, ex-ministre de la Culture et de la Communication; Bertrand Tavernier, cinéaste; Nadine Trintignant, cinéaste; Michel Vauzelle, président du Conseil régional de PACA.

Read Full Post »

À écouter cet extrait du journal de 13H de France Inter avec une intervention de Michèle Cottaex présidente de la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de Radio France.

Extrait 13 h Inter 29 mai

La grève a été reconduite  en assemblée générale vendredi 29 mai

PARIS (AFP) — La grève à Radio France Internationale (RFI), entamée le 12 mai contre le plan social, a été reconduite jusqu’à mardi lors d’une assemblée générale du personnel, qui réitéré sa demande auprès de l’Elysée de nommer un médiateur, a-t-on appris vendredi de source syndicale.
« L’assemblée générale des personnels de RFI a voté un appel solennel à l’adresse de Raymond Soubie, conseiller de l’Elysée. Nous lui demandons de recevoir de toute urgence une délégation de l?intersyndicale FO, SNJ, SNJ-CGT et SNRT-CGT et réitérons notre appel à une médiation », écrivent les syndicats dans un communiqué.
Ils avaient déjà écrit à M. Soubie en début de semaine pour demander une médiation dans le conflit.
La grève, qui perturbe l’antenne depuis plus de deux semaines, a été reconduite vendredi pour tout le week-end, jusqu’à mardi, a précisé à l’AFP une déléguée syndicale.
RFI: la grève reconduite jusqu’à mardi Le comité d’entreprise (CE) a par ailleurs été mandaté pour une nouvelle action en justice contre le plan social, qui prévoit 206 suppressions d’emplois sur un millier.
Annoncé en janvier, ce plan a été suspendu le 12 mai par la Cour d’appel de Paris, saisie par le CE. A sa demande, le PDG de RFI, Alain de Pouzilhac, a présenté jeudi aux représentants du personnel les informations sur l’Audiovisuel extérieur de la France (AEF), la holding qui coiffe RFI, France 24 et TV5Monde.
« La direction devait nous donner des informations complètes sur la création de l’AEF et ses conséquences, ainsi que sur le contrat d’objectifs et de moyens (COM) en cours de négociations mais nous n’avons obtenu que des informations partielles », a estimé cette responsable syndicale.
Une réunion sur la grève est prévue mardi entre direction et syndicats, qui demandent « zéro licenciement contraint ».
AFP 29/05/09

Read Full Post »

 

Les salariés de RFI sont solidaires avec ceux de France 24. Nous les appelons à soutenir notre mouvement contre un plan social qui ruinerait l’avenir de RFI mais aussi celui de l’Audiovisuel extérieur  de la France.

Lire ci-dessous l’article dans Capital

capital

Read Full Post »

 

L’intersyndicale SNJ ; FO ; SNJ-CGT ; SNRT-CGT appelle solennellement la CFDT, la CFTC et le CGC à rejoindre le mouvement de grève lancée le 12 mai pour ensemble, empêcher les licenciements à RFI .

Votée à la majorité 1 vote contre et 1 abstention

Read Full Post »

« Christine Ockrent invente l’auto-hagiographie…
Dans une interview au journal Jeune Afrique, Christine Ockrent, directrice générale de l’Audiovisuel extérieur de la France revient sur le climat social à RFI, critiquant violemment les syndicats. Dans un retour sur sa carrière, l’ancienne présentatrice admet un sans-fautes et commence ainsi l’écriture de la légende de la Reine Christine.
Plutôt discrète ces derniers temps – encore qu’on l’ait aperçue à Cannes, entre deux reproches adressés aux journalistes de RFI qui avaient fait le déplacement – Christine Ockrent a donné une interview  intéressante au journal Jeune Afrique. La Reine Christine, qui dit se passer « volontiers » du surnom en question, a trouvé là un terrain de libre expression comme il y en a peu. Le portrait introductif en atteste : « À 65 ans, la petite dame blonde au regard bleu n’aime encore rien tant qu’être reconnue : professionnellement bien sûr, mais aussi physiquement, elle qui vécut toutes les gloires et les affres du statut terriblement précaire de star des médias ».  Le reste est à l’avenant : « Femme de ministre, amie du chef de l’État, avec une réputation de réductrice de têtes à la fois admirée et redoutée, il n’en fallait pas plus pour que les syndicats, particulièrement à RFI, s’en émeuvent. Et pour que l’on passe l’essentiel à la trappe : Christine Ockrent est avant tout une grande professionnelle. Les mamans du marché d’Abidjan, elles, ne l’ont pas oublié… ».
Au fil des questions, la Reine Christine déroule les réponses d’une femme qui ne doute de rien, et surtout pas d’elle-même. Interrogée sur le climat social à RFI, elle explique qu’il est pire que ce à quoi elle s’attendait, sans envisager un instant y être pour quelque chose : «  Beaucoup, parmi les quelque 1400 salariés de RFI, n’ont qu’une très vague idée du budget de leur entreprise et des contraintes que cela représente (…). Les syndicats sont des partenaires à la fois légitimes et obligés de tout dialogue social, mais certains d’entre eux ont du mal à reconnaître les évidences. ».  Eh oui ! ma bonne Dame, si en plus d’accepter la suppression de 200 postes et la disparition de sept rédactions en langues étrangères, ils pouvaient fermer leur gueule !
OCKRENT, MARTYR POLITIQUE ?
Abordant la carrière de «madame France 24», le journaliste revient sur son passage à l’Express. « Des regrets ? » : « Non, j’ai augmenté la diffusion de L’Express de 30 % en trois ans. J’ai tenté de revigorer une rédaction quelque peu alanguie. Et je me suis fait virer par le propriétaire de l’époque, Havas, parce que j’avais fait mettre en couverture une citation du Verbatim de Jacques Attali, attribuée à François Mitterrand, laquelle avait fortement déplu au président Chirac. Ce fut une expérience instructive ». Bref, un sans fautes même si la faculté des gens de médias à réécrire leur histoire professionnelle surtout quand il s’agit de passer pour des martyrs politiques étonne toujours.
Ockrent virée sur décision de Chirac et PPDA qui met en scène une pseudo-insolence à l’encontre de Sarkozy pour expliquer son éviction du 20 heures. Malheureusement, dans les deux cas, la réalité est beaucoup plus prosaïque. On sait que TF1 considérait PPDA comme une diva vieillissante plus que comme un dangereux rebelle. Et si Christine Ockrent a été débarquée sans ménagement par l’actionnaire de l’Express, c’est surtout parce qu’elle était accusée d’en avoir fait un magazine en pleine crise d’identité centré sur l’univers télé et doublé par le Nouvel Obs en termes de ventes. »
Au détour de l’article, on apprend que les salariés de RFI sont désormais au nombre de 1400… Comme pour adoucir la pillule des 206 licenciements ???

Read Full Post »

Older Posts »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 34 autres abonnés