Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for septembre 2011

Alain de Pouzilhac – trop occupé à démentir les accusations dont il fait l’objet dans l’affaire Candice Marchal ou encore dans l’affaire Havas ? – était absent le lundi 26 septembre lors de la réunion de négociation sur les préavis de grève déposés par les organisations syndicales.

Face aux syndicats se trouvaient des représentants de la direction incapables de répondre de manière intelligible à nos revendications :

– Ils fusionnent les services politiques de RFI et de France 24 alors que la fusion n’est pas validée juridiquement (ni en CHSCT, ni en CE, ni en CA).

– Ils sont incapables de prouver que l’antenne de RFI ne sera pas sabordée suite à cette fusion anticipée.
Le tract publié par l’intersyndicale de MCD aujourd’hui nous permet déjà d’entrevoir ce qui nous attend. En effet, MCD a déjà « expérimenté » ces pseudo-synergies avec France 24. L’intersyndicale de MCD dénonce l’existence de travail dissimulé, les entraves au code du travail, le système de rémunération discriminatoire qui conduit à de réelles tensions entre les salariés.

– Concernant les menaces et les pressions sur les salariés, la direction maintient la menace de sanctions allant jusqu’au licenciement à l’encontre de notre confrère de la rédaction anglaise, alors que les fautes qui lui sont reprochées ne sont pas avérées.


Soyons nombreux en grève à partir de ce mercredi 28 septembre à 00h00 pour montrer à la direction que nous ne sommes pas d’accord !

Le 27/9/2011


L’intersyndicale RFI : SNJ-CGT SNRT-CGT FO SNJ SUD

Read Full Post »

Paris, le 23 septembre 2011 :

L’Assemblée Générale de RFI s’est prononcée à la quasi-unanimité (moins 3 abstentions et 1 contre) pour la grève le mercredi 28 septembre de 00h00 au jeudi 29 septembre 2011 07h00. Les préavis de grève ont été déposés par le SNJ, SNJ-CGT, SNRT- CGT et FO.

Le mercredi 21 septembre, les élus de l’intersyndicale ont appris que les journalistes politiques de RFI rattachés au service France/Sciences allaient, de fait, être mis au service de l’antenne de France 24. Les réunions de réorganisation du service, initiées par la direction, ont déjà eu lieu, tout cela en violation de la législation qui exige, pour toute modification importante des conditions de travail, l’information et la consultation préalable des instances représentatives du personnel.

Par ailleurs, nous constatons que cette désorganisation orchestrée de RFI ne s’arrête pas aux structures de la radio mais aussi aux personnels. La direction tente d’y installer un climat d’angoisse et de défiance dans le mépris le plus total de ses obligations et du droit de ses salariés.

En pleine période estivale, une salariée PTA de RFI avec plus de vingt ans d’ancienneté est brutalement licenciée sans motif réel et sérieux. Dès la rentrée, une journaliste travaille pour les émissions en français est menacée de licenciement ; après mobilisation des syndicats, son cas est résolu après que la direction accepte enfin une proposition de bon sens faite il y a un an par la salariée elle-même. Aujourd’hui, un journaliste oeuvrant pour les émissions en langue anglaise fait l’objet d’une mesure disciplinaire identique en étant convoqué à un « entretien en vue d’une sanction disciplinaire pouvant aller jusqu’au licenciement ». Cette « rafale » de sanctions n’est pas anodine au moment où RFI est sous la menace d’un deuxième plan social.

L’augmentation de la charge de travail suite au premier plan social et la gestion par intimidations provoquent déjà de nombreux cas de « burn-out » et de dépressions.

Nous exigeons :

– l’arrêt du démantèlement de RFI au profit de France 24 – que cesse la « cannibalisation » de la radio !

– la présentation d’un projet viable et ambitieux qui pérennise Radio France Internationale, dans le respect de sa structure et de ses collaborateurs

– le maintien et respect des dispositions conventionnelles et des dispositions des accords d’entreprise et rétablissement, pour les journalistes, des articles de l’avenant à la CCNTJ, notamment concernant l’indépendance éditoriale et les procédures disciplinaires

– que soit stoppée immédiatement la stratégie de pression sur les salariés les plus fragiles de la radio, que cesse le management par le stress et l’intimidation

– que toute menace de mesure disciplinaire à l’encontre de notre confrère des émissions en langue anglaise soit levée.

Les syndicats appellent tous les salariés à cesser le travail du mercredi 28 septembre 00h00 au jeudi 29 septembre à 07h00

L’intersyndicale  de RFI : SNJ-CGT SNRT-CGT FO SNJ

Read Full Post »

 Des méthodes mafieuses dans une entreprise publique, jusqu’à quand ?

Depuis ce matin on apprend, par Libération et Télérama, sur la foi d’un rapport de police, que l’affaire d’espionnage au sein de France 24 ne serait qu’une vaste manipulation ! Selon les deux journaux, Alain de Pouzilhac savait dès le mois de décembre 2010 que ses accusations ne tenaient pas la route. Il n’a rien dit.

Au contraire, le PDG a organisé le lynchage médiatique qui a conduit au licenciement pour faute grave de Candice Marchal, la proche de Christine Ockrent.

Pour organiser ce lynchage, le PDG de l’AEF a utilisé l’argent public : des centaines de milliers d’euros dépensées en frais d’avocats, de communication ou de détective avec le cabinet Forensic !

Dans quelle entreprise sérieuse de service public utilise-t-on de telles méthodes mafieuses ? Car…

  • mafieuses sont les méthodes pour maltraiter et intimider les salariés de RFI de MCD et France 24 qui souffrent de risques psycho-sociaux
  • mafieuses sont les méthodes pour casser la radio internationale et siphonner son budget au profit de France 24
  • mafieuses sont ces méthodes qui consistent à mentir par omission à la police.

Qu’un PDG de l’Audiovisuel Extérieur de la France malmène à ce point les faits, porte un sérieux discrédit à l’image de la France. On ne peut accepter un tel manque de morale et de déontologie !

Aujourd’hui il en va de l’honneur de tous les journalistes et salariés de RFI, MCD et de F24.

Nous appelons l’Elysée qui a nommé ce PDG à prendre ses responsabilités.

Nous appelons à la tenue d’un conseil d’administration extraordinaire de l’AEF.

Nous appelons l’ensemble de l’encadrement de M. de Pouzilhac à prendre ses responsabilités.

Paris, le 23 septembre 2011

RFI : CGT-SNRT, SNJ-CGT, FO, SNJ, SUD

MCD : CFDT, SNJ-FO, CGT, SNJ, SUD

France 24 : CGT

Read Full Post »

A huit mois de l’élection présidentielle, Alain de Pouzilhac donne le ton de la couverture de la campagne qui va résolument vers une prise en main des journalistes politiques de RFI par la rédaction de France 24.

Sous prétexte d’un partenariat renforcé pour la campagne électorale, alors que la fusion juridique n’est pas faite, la direction de l’AEF décide d’extraire les journalistes politiques de RFI du service France/Sciences. Ils auront à assurer des missions
au service de la télévision internationale, au détriment de l’antenne de RFI.

Il ne fait de mystère pour personne qu’à terme ces journalistes politiques seront de fait sous la coupe de Roselyne Febvre, qui incarne à elle seule le service politique de France 24, et qui s’était illustrée par sa connivence… en témoigne ce « off » avec Rachida Dati sur le plateau de France 24.

Par un tour de passe-passe, dont il a le secret, le PDG de l’AEF, Alain de Pouzilhac, supprime transfère donc les journalistes politiques de RFI qui sont mis au service de l’antenne de France 24.

Le projet de fusion des rédactions est mené dans l’irrespect total des salariés, de l’encadrement et des instances représentatives du personnel. Les organigrammes changent, les tableaux de service changent, les locaux changent, sans que le CE et le CHSCT ne soient informés. Que deviennent par ailleurs les journalistes des langues rattachés au service France ?

Quand France 24 abesoin d’un correspondant, ils appellent RFI !
Quand France 24 cherche un invité, ils appellent RFI !
Quand France 24 a besoin d’un expert, ils invitent un journaliste de RFI !
Quand France24 a besoin de matériel, ils le font acheter par RFI !

Quand France 24 abesoin de techniciens de reportage, ils prennent ceux de RFI !
Et maintenant, France 24 a besoin d’un service politique, ils volent celui de RFI !
Ça suffit !

L’intersyndicale RFI MCD dénonce ce brigandage. Ceci démontre une fois de plus que le seul projet de cette direction est de détruire RFI au profit de France 24. Nous ne laisserons pas notre radio internationale se faire cannibaliser.

L’intersyndicale RFI MCD appelle à une assemblée générale ce vendredi 23 septembre à 13 h devant l’ex-CAPE.

 RFI SNJ-CGT SNRT-CGT FO SNJ SUD / MCD CFDT SNJ-FO CGT SNJ SUD

Read Full Post »

RFI

SNJ-CGT SNRT-CGT FO SNJ SUD

 

MCD

CFDT SNJ-FO CGT SNJ SUD

 

Halte à l’intimidation et au harcèlement des salariés !

 

A Radio France Internationale et Monte Carlo Doualiya, on commence à sentir les « bienfaits » du projet de fusion : intimidations, harcèlement, recours systématique à des procédures lourdes, licenciement sans cause réelle et sérieuse… La direction tente d’installer à RFI et MCD un climat d’angoisse et de défiance dans le mépris le plus total du droit des salariés.

En pleine période estivale, une salariée PTA de RFI avec plus de vingt ans d’ancienneté est brutalement licenciée sans motif réel et sérieux. Dès la rentrée, l’offensive de la direction se poursuit : deux autres salariés, l’une, journaliste à la rédaction en français et l’autre à la rédaction anglaise, tous deux avec un long parcours dans l’entreprise sont convoqués à des entretiens préalables en vue de sanctions disciplinaires pouvant aller jusqu’au licenciement. Pour les autres, c’est, depuis quelques semaines une succession de courriels comminatoires, de demandes de justification, de remarques désagréables, de rappels à l’ordre…. Enfin, aussi bien à RFI qu’à MCD, plusieurs pigistes permanents, dont l’expertise est reconnue, ont été écartés sans ménagement et sans justification ; ils sont pourtant indispensables au bon fonctionnement des antennes.

Le récent communiqué de la direction (lundi 19 septembre), évoquant le cas d’une journaliste, qui, selon elle, « refusait depuis plusieurs mois les différentes propositions de poste qui lui ont été faites » va bien dans ce sens. Mensonge à tous les étages : ce n’est pas grâce à la « fermeté » de la direction qu’une solution a été trouvée ! C’est sous la menace d’un préavis de grève de tous les syndicats de RFI, le soutien de l’intersyndicale de MCD et après l’intervention des instances (CHSCT, comité d’entreprise) qu’une proposition de bon sens faite il y a un an par la salariée vient enfin d’être acceptée par la hiérarchie éditoriale de RFI… !! (*)

Mais que cherche donc M. de Pouzilhac avec ce management basé sur les menaces, le désespoir et la maltraitance ?

 

(*) Face à cette avancée, le préavis de grève concernant la journée du 21 septembre est levé. Mais d’autres préavis seront déposés sous peu.

 

20/09/2011

Read Full Post »

Communiqué des élus et représentants syndicaux du CHSCT

(CFDT, CGT, FO et SNJ)

 

 Pour information voici la Résolution votée ce 14 Septembre 2011, lors de la réunion du CHSCT.

 Notre demande d’expertise a été acceptée par la Direction.

 

RFI

CHSCT, 14 septembre 2011

 

Résolution – Recours à un expert

Article L 4614-12 du Code du travail

 

Les membres du CHSCT de RFI constatent que la Direction a décidé de procéder à la mise en place d’un projet important d’aménagement du bâtiment d’Issy-les-Moulineaux, dans le cadre du déménagement de RFI vers ce site.

Les membres du CHSCT considèrent que ce projet important aura des conséquences sur les conditions de travail, l’hygiène et la sécurité.

 En particulier, les membres du CHSCT s’inquiètent des conséquences sur :

 

·        Les conditions de travail liées à la nouvelle implantation,

·        L’aménagement des espaces et des environnements de travail,

·        La répartition des entités à l’intérieur du site,

·        Les espaces communs (salle de réunion, espace convivialité, reprographie…)

·        L’accès des handicapés,

·        La restauration,

·        La sécurité,

·        L’hygiène (sanitaire, ventilation…),

·        Les aspects psychosociaux,

 

Les membres du CHSCT rappellent que selon l’article L 4612-1 du Code du travail, le CHSCT a pour mission de favoriser l’amélioration des conditions de travail et la prévention des risques professionnels.

Les membres du CHSCT, étant donné que ce projet aura des conséquences très importantes sur les conditions de travail, d’hygiène et de sécurité des salariés, décide de faire appel à un expert agréé par le Ministère de Travail pour :

  • Analyser le projet présenté par RFI
  • Établir un diagnostic des situations existantes et anticiper les conséquences du projet notamment sur les conditions de travail.
  • Analyser le déménagement des services concernés et ses implications sur les conditions de travail des salariés : aménagement des nouveaux espaces de travail, ergonomie des postes, environnement de travail, conséquences sur le fonctionnement des services et identification des synergies annoncées, organisation et rythmes de travail ;
  • Permettre au CHSCT d’avoir un avis argumenté sur les conséquences de ce projet sur les conditions de travail, la santé, l’hygiène et la sécurité ;
  • Avancer des propositions en vue de la définition d’un programme de prévention des risques professionnels, des risques psycho-sociaux et de l’amélioration des conditions de travail ;
  • Etablir un bilan six mois après la date d’emménagement afin de procéder éventuellement à des actions correctrices

Les membres du CHSCT, étant donné que ce projet aura des conséquences très importantes sur les conditions de travail, d’hygiène et de sécurité des salariés, envisagent de bénéficier de l’appui d’un cabinet préventeur agréé par le Ministère de Travail.

  1.   Vote sur le principe de recours à un expert.

Présents……………….. 4

Oui……………………… 4

Non…………………….. 0

Abs…………………….. 0

 

  1. Vote sur le recours au cabinet Technologia – 42, rue de Paradis – 75010 Paris.

Présents……………….. 4

Oui……………………… 4

Non…………………….. 0

Abs…………………….. 0

 

  1. Mandatement du CHSCT de M. Julio Feo, secrétaire du CHSCT, et, en cas d’empêchement, M. Roland Quemeneur ou en son absence, un autre membre du CHSCT pour suivre la mission d’expertise et éventuellement pour ester en justice, représenter le CHSCT en première instance, interjeter appel, et représenter le CHSCT en appel. Le représentant du CHSCT pourra se faire assister et représenter par l’avocat de son choix.

 

Présents……………….. 4

Oui……………………… 4

Non…………………….. 0

Abs…………………….. 0

 

Les membres du CHSCT demandent au Président du CHSCT, M. Pierre MARTINEZ, de communiquer au cabinet d’expertise l’ensemble des données et documentations relatif à ce projet, afin de lui permettre de réaliser au mieux cette mission.

 

                             Le Secrétaire du CHSCT                           Les membres du CHSCT

 

Votée à l’unanimité des élus présents.

Read Full Post »

RFI

SNJ-CGT SNRT-CGT FO SNJ SUD

MCD

CFDT SNJ-FO CGT SNJ SUD

RFI-MCD : UNIS CONTRE LA FUSION-LIQUIDATION

Alain de Pouzilhac occupe, comme d’habitude, le terrain médiatique en annonçant qu’il cherche un remplaçant à Christine Ockrent. Mais, les effets de manche du PDG ne peuvent masquer la réalité.

Le projet de fusion est présenté comme le résultat d’un  groupe de travail qui n’aura été qu’un simulacre. En fait, ce projet de fusion, vide de tout contenu éditorial crédible ne convainc personne au sein de RFI et de MCD. L’encadrement lui-même fait part de ses doutes et a dû demander à plusieurs reprises des réunions avec le PDG. Décrié en interne, il l’est aussi à l’extérieur, tant par le monde politique que médiatique. Cette fusion ne sera qu’un radeau de la Méduse !

La direction propose la fusion rétroactive au 1er janvier 2011. Serait-ce pour cacher le pillage de RFI et de MCD au profit du développement de France 24 ? Un pillage qui a commencé depuis longtemps : RFI achète en effet sur ses propres deniers des équipements utilisés par France 24, RFI paye des salariés qui travaillent depuis deux ans pour  France 24 sans aucune refacturation.

Quant au cahier des charges présenté en CE et en CA, il est plus qu’inquiétant : 45 articles contre plus de 95 auparavant. La notion de « mission de service public », garante de l’indépendance éditoriale, est totalement diluée dans une mission de valorisation des succès technologiques et économiques ou du patrimoine touristique de la France! Et surtout : les noms de RFI et de MCD n’apparaissent pas. Un premier pas vers la disparition totale de celles-ci ?

Et que dire de la «réorganisation rédactionnelle» ? Elle met en péril les missions et l’existence même des radios (RFI et MCD) au sein de l’AEF. Regardez ce qui se passe à MCD, où les fameuses « synergies » mises en place avec France 24 n’ont d’autre but que l’extinction progressive de la radio au profit exclusif de la télévision.

A MCD le «plan de relance» s’est résumé par la diffusion du son de France 24 sur l’antenne de la radio. Une hérésie que, pourtant, Alain de Pouzilhac et son équipe dirigeante vendent aux Tutelles comme preuve de la faisabilité des synergies radio-télé. A quand le son de France 24 sur RFI ? Qu’on ne s’y trompe pas : l’idée est inscrite dans le «projet de réorganisation» présenté par nos dirigeants apprentis sorciers!

Le déménagement à Issy-les-Moulineaux rejeté par 92% des salariés n’a même pas la garantie d’être amorti sur 30 ans. Sa concrétisation est laborieuse : déjà 6 plans d’aménagement différents ont été présentés. Sans compter que ce déménagement inutile budgété à 24,5 millions d’euros pourrait dépasser les 35 millions. Une facture que devra payer l’Etat actionnaire ! L’IGF (l’Inspection Générale des Finances), les parlementaires et Bercy continueront-ils à fermer les yeux sur cette gabegie ?

Pour que nous ne soyons pas les dindons de cette mauvaise farce, face aux dangers et pour s’opposer à cette entreprise de démolition qui menace nos radios, l’intersyndicale de RFI et celle de MCD ont décidé de faire alliance.

L’intersyndicale de RFI (FO, SNJ, SNJ-CGT, SNRT-CGT, SUD) et de MCD (CFDT, SNJ-FO, CGT, SNJ, SUD) dénonce avec force cette réforme mortifère qui n’a qu’un objectif : le démantèlement de MCD et celui de Radio France Internationale.

                                                                       Paris, le 13 septembre 2011

Read Full Post »