Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for 10 décembre 2011

Chers consœurs et confrères de France 24,

A six semaines d’une possible fusion RFI-France 24, l’heure est venue de réunir nos forces pour lutter contre des projets qui minent nos compétences, nos conditions de travail et nos métiers.

Depuis lundi 28 novembre 2011, RFI,  en grève, se bat pour sa survie. Pour la première fois, tous nos syndicats sont unis dans cette grève pour résister contre les aspects néfastes de cette fusion.

Alain de Pouzilhac cherche à nous diviser, pourtant il n’a jamais été aussi fragilisé ! Le PDG de l’AEF est attaqué de toutes parts, aussi bien dans l’opposition que dans la majorité. La gouvernance d’Alain de Pouzilhac est montrée du doigt  par des experts extérieurs, par 3 rapports parlementaires, par celui de l’Inspection générale des Finances. Alain de Pouzilhac  a été désavoué par son personnel ; deux motions de défiance ont été votées l’une à France 24 et l’autre à RFI.

Nous sommes conscients des difficultés auxquelles vous faites face depuis la création de France 24. Celles-ci expliquent les démissions en série de  rédacteurs-en-chef et de directeurs au sein de la chaîne, la dernière étant celle de Jean Lesieur, 4ème directeur de l’information en 5 ans.

Pas plus que vous, nous ne supportons la dégradation de nos conditions de travail et l’application de mesures moins favorables que celles du Code du travail à France 24. Nous sommes choqués par le turn-over qui rend l’esprit d’équipe quasi-impossible.

Nous avons été sensibles au rapport Indigo Ergonomie du 12 juillet 2011 qui met le doigt sur une « pression temporelle (…) présente…avec des ressources insuffisantes » qui amènent les journalistes à « (revoir) leurs exigences qualitatives à la baisse ». Cette pression temporelle est exacerbée par le « sentiment d’avoir à faire seul….avec une appréhension de la sanction ». Il évoque aussi le « manque de ressources en personnel », un manque « d’outil de prévision et d’anticipation concernant les compétences, les ressources et les conditions de travail etc. »

C’est pourquoi nous vous invitons à nous rejoindre dans le combat pour suspendre le projet de fusion-absorption. Ce rapprochement contre nature n’est bénéfique ni pour vous, ni pour nous.

Le projet actuel a été construit sans véritable consultation et au grand mépris des salariés de RFI et de F24. La direction cherche à nous diviser pour mieux asseoir son autorité. Elle vous fait miroiter les bénéfices d’une telle fusion, notamment au niveau budgétaire. Ne vous leurrez pas ! Cet argent ne servira pas à améliorer vos conditions de travail. Il ne sera pas investi dans le recrutement de personnel pour alléger la surcharge de travail. Il ne contribuera pas non plus au rayonnement de France 24.

Il financera d’abord un nouveau plan social (126 personnes). Il remboursera les déficits budgétaires contractés sous le règne de Pouzilhac (un déficit de 103,9 €, comblé par l’Etat, à titre de « subventions exceptionnelles », cf http://junon.univ-cezanne.fr/u3iredic/?p=7269). Il paiera les amendes infligées par divers tribunaux suite aux plaintes déposées par Christine Ockrent.

A France 24 et RFI, M. de Pouzilhac a imposé la politique voulue par le pouvoir politique, Nicolas Sarkozy en tête. A six mois de l’élection présidentielle, en pleine campagne électorale il accélère le processus pour un avenir désastreux.

A nous de lui faire face, unis et solidaires ! Lundi 28 novembre la Cour d’Appel nous a donné un sursis de six semaines avant que l’AG de l’actionnaire n’entérine l’absorption de nos sociétés par l’AEF. Une grève générale de L’ENSEMBLE DU PERSONNEL DE L’AEF peut obliger les tutelles à intervenir en notre faveur.

Résistons ensemble pour que notre avenir se conjugue avec une VRAIE organisation professionnelle internationale des médias, capable de rivaliser avec les plus grands médias internationaux! Rejoignez-nous ! Ensemble, nous pourrons faire plier Pouzilhac et son équipe!

Des salariés de RFI

Paris, le 8 décembre 2011

Read Full Post »