Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for 12 décembre 2011

Ce lundi matin, 12 décembre, les salariés de Rfi ont manifesté sous les fenêtres de Matignon. La délégation syndicale a déposé une lettre au cabinet du Premier ministre, François Fillon pour lui demander le gel de ce projet de fusion et l’ouverture d’états généraux pour définir les contours d’un audiovisuel public extérieur ambitieux.

Aujourd’hui, la balle est dans le camp du Premier ministre.

A 14h, le personnel de RFI, réuni en assemblée générale, a décidé de suspendre et non de lever la grève engagée le 28 novembre dernier. D’autres actions sont mises en place. La mobilisation des salariés contre la fusion RFI-France 24 est intacte.

 

Voici le texte de la lettre adressé par les syndicats de RFI au Premier ministre :

 

A l’attention de M.François Fillon

Premier Ministre

 

Paris, le 12 décembre 2011

 Monsieur le Premier ministre,

Les salariés de Radio France Internationale observent une grève qui paralyse l’antenne depuis le 28 novembre dernier. Ce conflit indique leur opposition à la fusion entre leur radio et chaîne de télévision France 24.

Lors d’un référendum organisé par les syndicats le 5 décembre dernier, 95% des votants ont dit « non » à cette fusion. La participation a été massive. La direction, qui comptabilise 996 salariés (permanents et non permanents) sur les documents soumis pour information au Comité d’entreprise, communique à la presse à l’issue de cette consultation le chiffre de 1 337 salariés à RFI. C’est le dernier exemple des manipulations auxquelles recourt Alain de Pouzilhac pour faire croire que la fusion est souhaitée par les salariés. La méthode est habituelle mais maquiller les chiffres ne change rien à la réalité : les salariés de RFI ne veulent pas de cette fusion. Et ils ont de bonnes raisons.

Depuis trois ans, Mr Alain de Pouzilhac et sa direction sont restés sourds aux avis des élus, des organisations syndicales, et des experts mandatés par les instances représentatives du personnel. Une direction désireuse d’une fusion viable n’aurait pas balayé d’un revers de main les mises en garde d’experts qualifiant la fusion de « périlleuse » en raison de son impréparation, de l’absence de projet éditorial ou encore du choc annoncé entre deux
cultures maison. De même, elle ne se permettrait pas de qualifier de « péremptoires », les conclusions des architectes qui jugent « inabouti » le projet d’aménagement à Issy-les-Moulineaux.

Comment ignorer les sonnettes d’alarme tirées dans trois rapports parlementaires ? Celui de la députée Martine Martinel dénonce « les errements de la gouvernance » ; celui de la sénatrice Claudine Lepage redoute « qu’avec ce mariage forcé, et contre nature, on risque de lâcher la proie, qui est notre rayonnement culturel international, pour l’ombre, à savoir des économies budgétaires improbables et très limitées », ou encore celui du député Didier Mathus qui dénonce un grand dérapage budgétaire. L’Inspection Générale des Finances évalue dans le rapport, que vous avez diligenté, la zone d’incertitude budgétaire pour la période 2011-2013 à 55 millions d’euros et affirme que « le déménagement de RFI n’engendrera pas d’économies de loyers mais des surcoûts ».

Nous ne comprenons pas cette volonté de nous faire quitter la bien nommée, Maison de la Radiopour des bâtiments inadaptés à Issy-les-Moulineaux privant, du même coup, Radio France (bailleur public) d’une rentrée d’argent au profit d’une société privée, la société Allianz qui vient de racheter le bâtiment au Crédit suisse.

Nous ne comprenons pas non plus que vous laissiez procéder à un nouveau plan social (126 départs) alors que François Baroin, votre ministre de l’Economie déclarait le 22 novembre dernier sur France-Inter qu’il ne pouvait y avoir de licenciements dans une entreprise où l’Etat est actionnaire. Tout autant qu’Areva, RFI répond à ce critère. Le coût de ce deuxième plan social est estimé à 27,5 millions d’euros mais on rappellera que le précédent a coûté à l’Etat plus de 40 millions d’euros, en 2009.

Est-ce-là l’avenir réservé à RFI, 3ème radio mondiale aux 40 millions d’auditeurs ? Une fusion mal ficelée, qui peut remettre en cause les missions de service public de l’Audiovisuel extérieur français et dont il faudra un jour assumer les conséquences dramatiques ? Nous attendons depuis juin dernier, la publication du rapport de la mission parlementaire présidée par Michèle Tabarot. Ses multiples reports montrent à l’évidence la difficulté des parlementaires à faire un choix pour l’avenir de l’AEF.

Monsieur le Premier ministre, nous vous demandons le gel de la fusion RFI-France 24 et l’ouverture d’états généraux, à même de définir les contours d’un avenir clair et ambitieux pour l’Audiovisuel Extérieur.

Veuillez agréer, Monsieur le Premier ministre, l’assurance de notre considération respectueuse.

Les syndicats de RFI : CFDT, FO, SNJ, SNJ-CGT, SNRT-CGT, SUD

Read Full Post »

L’assemblée générale des salariés de RFI a décidé d’aller manifester devant Matignon lundi 12 décembre à 11h

 

Point de rendez-vous pour le rassemblement :

angle Boulevard Raspail – rue de Varennes

Métro Sèvres Babylone ou Métro Rue du Bac

 

Soyons nombreux !

Apportez vos T-shirts, parapluies, auto-collants …. RFI ou « rfiriposte » !!

Read Full Post »