Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for mars 2012

Compte rendu après la visite à Issy les Moulineaux et réponse au communiqué de l’AEF « Nouveaux locaux, nouveaux bureaux »  

Le dernier communiqué de la holding AEF annonce la présence depuis le 26 mars de nouveaux logos (vitrophanie) collés sur le bâtiment d’Issy. La direction, fidèle à elle même, s’arrête aux apparences et fait abstraction de la réalité.

La réalité c’est que derrière les vitres et les apparences, des salariés étaient contraints de déballer leurs cartons dans des espaces clos, fraîchement repeints et moquettés… Obligés aussi de respirer les émanations chimiques des solvants, colles et peintures des nouveaux locaux  chauffés à plus de 30 degrés !!

Les stores, au lieu de protéger l’open space de l’agréable soleil printanier, ont transformé l’espace vitré en une véritable batterie solaire.

Situation pour le moins gênante qui explique peut-être pourquoi la directrice des ressources humaines de l’AEF, Mme Letierce, a tenté d’empêcher l’accès de l’immeuble à un groupe d’élus de l’intersyndicale. Obéissant aux ordres, le personnel baraqué de la sécurité  a donc repoussé  « les assauts » d’une poignée de manifestants armés de pancartes « belliqueuses » le temps que la DRH consulte le Code du travail. La loi étant claire, Mme Letierce a dû céder et laisser entrer les élus du personnel.

Dans les étages, les élus ont observé M. Teznas du Montcel, directeur technique, en train de s’affairer pour régler la circulation du système de refroidissement de la clim.

Grain de sable qui risquait de gripper la machine de communication de M. de Pouzilhac qui se faisait filmer pour ce moment « historique » ! On peut douter, cependant, que ce film soit exploité un jour. Les images de propagande ont été polluées par les têtes écarlates des salariés transpirant de chaleur sur leurs chaises et les élus, abordant en permanence un PDG fuyant.

Les élus suppliaient ce dernier de laisser les salariés quitter ce site malsain et demandaient les raisons de ce déménagement précipité dans des locaux toujours en chantier.

En fin d’après-midi de ce 26 mars, les dysfonctionnements de la clim enfin jugulés, la direction a communiqué largement sur la normalisation des conditions de travail à Issy.

Notre visite le lendemain, le mardi le 27 mars, nous permet de conclure que les personnes les plus satisfaites par leurs nouveaux locaux sont celles qui ont droit à des bureaux personnels. Et pour cause – elles ont la possibilité de régler dans leur bureau la climatisation, la lumière, de s’isoler du bruit ambiant dans leur espace vitré. Un luxe, réservé désormais à quelques supérieurs hiérarchiques.

Les salariés de l’open space s’entraînent eux à parler bas, passent de moins en  moins d’appels téléphoniques, se sentent épiés dans leurs faits et gestes, souffrent de chaud ou de froid, en fonction de l’état de l’air qui arrive au-dessus de leur tête par un système de soufflerie gigantesque et non réglable. Pareil pour la lumière – on utilise un bouton pour tout un plateau.

Hier, le 27 mars,  à 18h30 au 6ème étage, sous une clim bruyante et peu efficace, au milieu de l’open space il faisait 26°C. On peut imaginer ce que seront les conditions de travail par un jour de chaleur estivale classique ou de froid hivernal ordinaire, sans parler d’une canicule ou d’un froid semblable à celui de l’hiver dernier !

Paris, le 28 mars 2012

RFI

FO  SNJ-CGT  CGT-SNRT  SNJ SUD

Read Full Post »

Chaude  journée que celle du lundi 26 mars !

Nous nous étions donné rendez-vous à la Maison de la radio dès potron-minet pour interpeler le candidat Nicolas Sarkozy invité de la chaîne France Info (interview dans laquelle il a eu cette expression « musulman d’apparence » qui a tant fait jaser hier). Las, dès les premières pancartes sorties, nous avons été bloqués par des policier 10 fois plus nombreux que nous !

Ensuite direction Issy-les-Moulineaux pour rejoindre les premiers salariés exilés qui prenaient leur service dans les nouveaux locaux, et les collègues du CHSCT qui faisaient un tour du site avec le direction histoire de vérifier l’état de conformité des lieux.

Pour notre part, voici ce que nous avons constaté en ce milieu de matinée, après avoir dû batailler pour accéder aussi aux locaux :

Les salariés de la DAI, des Etudes, de la DRH ont dû déballer leurs cartons dans les odeurs de colle, de peinture et par 32°c – ! Pas de clim, des locaux pas ventilés alors que les travaux s’étaient achevés dans les bureaux concernés sans doute pendant le week-end !
Alerté par les élus, ADP s’est élégamment défaussé sur la DTSI et la DAF. Odeurs et chaleur insupportables mais jus d’orange, café et croissants servis par d’accortes hôtesses. Ce sera comme ça tous les matins ?
Le CHSCT suit l’affaire
Autre rendez-vous de la journée : la Cour d’appel sur la fusion. Brillante plaidoirie de maître Rilov ! Et verdict le 14 mai !!!!

Read Full Post »

(Le lien pour signer la pétition est sous le texte)

Radio France Internationale est en péril. Menacée, jusque dans son existence, par la fusion juridique et rédactionnelle avec la télévision France 24, voulue par le président de la République française et menée à marche forcée par les responsables actuels de l’Audiovisuel extérieur de la France (AEF).

Rapprocher des outils publics d’information internationale semble, de prime abord, logique. Mais fusionner une radio multilingue, expérimentée, avec une télévision, trilingue, née il y a 5 ans, ne l’est assurément pas. Ni dans l’organisation technique, ni dans les pratiques professionnelles. On se souvient que France 24 n’a pas été conçue au sein de l’audiovisuel public extérieur de la France, comme ce fut le cas en Grande-Bretagne pour BBC TV, mais qu’elle est la résultante d’une étrange alchimie, qui a d’abord mêlé des intérêts privés (groupe TF1) et publics (France Télévision), avant d’être abritée par la holding de l’AEF, un montage juridique auquel TV5 Monde a dû résister pour conserver sa spécificité de chaîne francophone.

La référence à la BBC, si souvent brandie par le Pdg de l’AEF, Alain de Pouzilhac, n’est donc pas pertinente. Pas plus que le ‘modèle’ tout aussi fréquemment avancé des chaînes de télévision américaine, CNN ou qatarienne, Al Jazeera. Ni l’une ni l’autre n’a éprouvé la nécessité de créer, en son sein, une radio.
Plus inquiétant : cette fusion exige le départ de près de 130 salariés supplémentaires, après 206 suppressions de postes, imposées en 2009. Ces licenciements sont évidemment en totale contradiction avec les promesses de « développement » faites par M. de Pouzilhac. Ces coupes sombres fragilisent la richesse de RFI, média d’information et de magazines, en français et dans plus de dix autres langues. Elles mettent en péril sa capacité à demeurer une radio qui nous informe du monde des autres et qui leur dit aussi qui nous sommes.

Quelle est alors la raison d’être de ce projet, en dehors de tout cadre éclairant sur le rôle futur de RFI : ni cahier des charges finalisé, ni objectifs et moyens précisés, ni projet éditorial formulé, à ce jour ? S’agit-il de ponctionner des moyens humains, techniques et financiers, légitimement affectés à la 3ème radio mondiale, pour perfuser une télévision sous-dotée depuis sa création ?
Nous le redoutons, comme l’écrasante majorité de celles et ceux qui font quotidiennement RFI et qui s’opposent résolument à une direction pressée de rendre cette fusion irréversible.

C’est pourquoi nous prenons position :
– contre cette fusion RFI-France 24
– pour le maintien de RFI, dans sa dimension multilingue, multiculturelle, en tant que radio internationale publique de la France.

Parmi les signataires 

Read Full Post »

Les premiers cartons quittent RFI alors que les locaux d’Issy-les-Moulineaux sont loin d’être en état d’accueillir les premiers salariés de RFI.

Le CHSCT, qui n’a pas dit son dernier mot, a lancé un droit d’alerte et sera lundi matin à l’aube, avec l’inspecteur du travail sur les lieux.

Nous vous donnons plusieurs rendez-vous lundi. Un préavis déposé par l’intersyndicale protège les salariés qui veulent s’y rendre.

1. Rendez-vous a 7H45   devant la Maison de la Radio à la Porte F

2. Rendez-vous  à 13H 00 sur les marches du Palais de Justice – pour une Audience à la Cour d’appel de Paris sur l’illégalité de la fusion au regard de la loi 5 mars 2009. Une audience importante. Il faut que nous soyons nombreux !

Read Full Post »

Une fois n’est pas coutume… nous sommes d’accord avec la direction. Profitant du week-end elle fait paraître dans Challenge un appel d’offre pour une mission d’audit privée car l’AEF n’aurait pas réalisé assez d’économies.

Dans un souci d’efficacité, voici à l’attention de ce cabinet d’audit, les mesures que recommande l’intersyndicale pour mettre un terme à la gabegie qui caractérise l’Audiovisuel extérieur de la France depuis sa création :

1.           Licenciement immédiat d’Alain de Pouzilhac : 360 000 € + primes + une C6 de fonction avec chauffeur…

2.           Licenciement sans indemnités d’Alain de Pouzilhac, grâce à qui les multiples guerres de gouvernance (Christine Ockrent, Vincent Giret…) ont coûté des millions d’euros.

3.           Licenciement sans préavis d’Alain de Pouzilhac qui a été nommé pour faire des économies ! Il a toujours annoncé qu’il en avait fait et continue de promettre d’en faire!!

4.           Licenciement d’Alain de Pouzilhac car le coûteux déménagement de RFI , prévu à 25 millions d’euros, va en fait coûter le double !

5.           Licenciement d’Alain de Pouzilhac car hormis la destruction de la radio, sa couteuse fusion n’a été ni pensée, ni organisée, ni finalisée.

6.           Licenciement d’Alain de Pouzilhac qui prépare sans nous le dire un 3ème plan social. Un record en quelques années de pouvoir seulement ! Avec 320 personnes déjà mises à la porte, il n’est toujours pas capable de présenter un budget en équilibre.

7.           Licenciement d’Alain de Pouzilhac qui depuis 3 ans promet aux tutelles de faire des économies d’échelle et qui jusqu’à présent les a juste roulées dans la farine.

Avec un seul licenciement, l’AEF ferait plus d’économies que le PDG n’en a fait depuis 3 ans.

Paris, le 22 mars 2012

Read Full Post »

Déni de réalité, révolte, dépression, résignation… voilà par quelles phases doit passer un salarié “fusionné”, soumis à la lessiveuse d’un plan social. C’est le credo cynique des grands manitous du management. Alain de Pouzilhac en a fait sa religion.

Tout est bon pour écraser, humilier le salarié de RFI.

En témoignent les derniers événements de la semaine passée :

D’abord,1ère étape : on annonce à 18 h (en oubliant un certain nombre de rédactions) un nouvel organigramme par voie de mail. Un organigramme qui démontre clairement -si on avait encore quelques illusions- que désormais F24 donne le là et dirige ! Il fallait bien que le PDG concrétise ses promesses/renvoie l’ascenseur. Un organigramme d’ailleurs qui n’est pas passé devant les instances.

2ème étape : on réunit à la va-vite les services en plein open-space, là où travaillent les présentateurs de RFI, pour présenter la glorieuse nouvelle équipe chargée de nous mater au knout. Dans le même temps -très important- on montre d’une part son mépris du travail accompli à RFI -qu’est ce qu’un présentateur, franchement ?- et symboliquement on phagocyte l’espace radio.

3ème étape : On insiste bien sur les projets télés, les CV à soumettre. Double manoeuvre : de l’enfumage managérial classique (faites remonter vos projets, on a besoin de vous !) et marteler que la radio est morte, qu’elle n’a plus d’avenir et qu’il faut bien que les salariés de RFI le comprennent !

Enfin dans la foulée, les quelques rares élus sont soumis à une pression infernale de la part de la nouvelle direction qui leur fait bien comprendre qu’il va falloir abandonner les avantages d’un autre temps de notre radio préhistorique.

Quant aux exclus, c’est avec violence qu’on veut leur faire comprendre pourquoi ils ne sont pas choisis.

Avec cette stratégie du rouleau compresseur, si les salariés de RFI bougent encore, c’est à n’y rien comprendre ! Et bien justement, ils bougent encore, Mesdames Messieurs de la direction.

Le personnel de RFI n’est pas dupe de votre guerre psychologique. Et l’intersyndicale continuera à se battre contre les violences faites aux salariés et cette logique du fait accompli et de la manipulation.

le 12/03/2012

 

RFI

FO   SNJ   SNJ-CGT   SNRT-CGT   SUD

Read Full Post »

Alors qu’il s’acharne à imposer ses projets de fusion et de déménagement, accompagnés de 126 suppressions de postes, Pouzilhac sort de son chapeau un organigramme qui confirme la volonté de rayer RFI de la carte et, pour couronner le tout, «un préposé au dialogue social».

De « dialogue social », il n’y en a pas eu depuis 2008 ! 

La direction a refusé aux organisations syndicales toute information sur la place de RFI au sein de l’AEF et sur l’avenir de la «radio mondiale», mais à 2 mois de l’élection présidentielle, le PDG veut faire croire qu’il s’en préoccupe.

Les syndicats ne sont pas là pour «faire causette» avec M. Didier Tourancheau. «Monsieur dialogue» est multicartes : tête de liste UMP à Sanary, ex-responsable juridique à la CFDT passé notamment par Radio-France, Libération. Les syndicats de ce journal n’ont pas oublié qu’il fut le « promoteur de la précarité, des CDD à répétition, du recours systématique aux intermittents ». En tant que président de l’AESPA (Association des employeurs de l’audiovisuel public), sa dernière intervention remarquée fut pour expliquer qu’il n’était pas opportun d’augmenter le point d’indice.

Mais à quoi servent donc les dirigeants actuels :  

Alain de Pouzilhac qui gagne deux fois le salaire du président de la République ;  Pierre Hanotaux envoyé par la Tutelle ; Geneviève Goetzinger, conseillère du PDG ?

Le PDG Pouzilhac, a été sommé plusieurs fois par la justice d’informer loyalement les salariés. Il se dérobe une nouvelle fois à ses obligations.

Nous condamnons la création de ce poste fictif et exigeons des vrais responsables de l’entreprise qu’ils assument leurs responsabilités ! 

Nous refusons d’avoir comme interlocuteur Didier Tourancheau.

Nous exigeons la mise hors d’état de nuire d’Alain de Pouzilhac et l’arrêt de la fusion.

 

                                     

Read Full Post »

Older Posts »