Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for avril 2012

« A la veille du scrutin présidentiel, nous demandons au chef de l’Etat le gel républicain d’une réforme [la fusion de RFI et de France 24, NDLR] qui, selon nous, nécessite un audit stratégique et financier d’ensemble ». Par Catherine Trautmann, Catherine Tasca, Jack Lang, anciens ministres de la Culture et de la Communication, et Jean-Noël Jeanneney, président de Radio France Internationale de 1982 à 1986.

La lettre est (en accès libre) à lire sur le site de Médiapart.

Publicités

Read Full Post »

Mardi 17 avril 2012, Elisa Drago (SNJ-CGT), secrétaire du Comité d’Entreprise, Daniel Désesquelle (SNJ), représentant des salariés au Conseil d’Administration, accompagnés de nombreux salariés, ont rencontré François Hollande qui était l’invité de la matinale. Voici un extrait de leur échange.

Ecouter François Hollande avec l’intersyndicale de RFI

Read Full Post »

Les délégués syndicaux et les élus du SNJ, FO, SNJ-CGT, SNRT-CGT et SUD ont appuyé avec force la démarche  des élus de l’Intersyndicale au CHSCT afin d’obtenir l’expertise sur la mise en place de la future grille unique en français. La longue liste d’arguments contre cette expertise paraît peu sincère car:

1/Tout membre du CHSCT et du CE qui a un peu d’expérience (et c’est le cas de tous les membres actuels) sait que la manœuvre de la direction  consiste à soumettre aux élus juste un bout de réforme.  C’est le cas dans le dossier de la grille unique en français, où la direction veut faire croire qu’elle ne concerne que « 4 TCR, 6 journalistes ». Ce procédé, bien rodé, lui permet d’introduire par la suite une série de changements organisationnels sans en informer les instances (CHSCT et CE) sous prétexte, qu’il s’agirait  de changements « à la marge ».

Cette tactique de « saucissonnage » permet de priver les salariés de toute visibilité, de désorganiser complètement le travail des services.

Cette expertise est faite pour obliger la direction à fournir aux experts des documents refusés aux élus. Nous sommes convaincus que la nouvelle mouture de la grille provoquera beaucoup plus de suppressions d’emplois qu’avouées dans les documents du CHSCT et surtout plus que prévu dans les documents liés au deuxième plan social.

2/Dire que les langues ne sont pas touchées actuellement et que tout changement ultérieur sera présenté plus tard aux élus du CHSCT revient à nier les pressions exercées actuellement sur les salariés et les chefs des services des langues pour qu’ils coupent eux-mêmes leurs production et/ou redistribuent  la charge de travail sur les salariés sans aucune consultation des instances, en violation des dispositions du code du travail. Tout le monde est au courant de ce manège criminel. Tous les syndicats sans exception en ont été alertés par les salariés.

3/Enfin,  nous affirmons qu’il n’y a aucun lien entre l’expertise sur la grille votée au CHSCT et les départs des salariés dans le cadre du PSE en cours (dont la légalité  est toujours contestée par l’Intersyndicale). Pour preuve : des dizaines des salariés du service en français et quelques-uns  des langues sont déjà partis.  Ceux qui attendent toujours la réponse de la direction ont vu leurs dossiers bloqués avant toute élaboration de projet de grille, pour des raisons souvent obscures. Enfin, l’expertise ne peut avoir d’impact sur  les départs des salariés des services de langues, car la grille des langues n’a même pas été à l’ordre du jour du CHSCT de ce mardi 17 avril. Affirmer l’inverse est un mensonge.

Par contre, l’expertise doit obliger la direction de RFI à livrer enfin l’information sur ses intentions réelles vis-à-vis de RFI.  Elle sera obligée de fournir aux experts du CHSCT des documents complets, autre chose que le plan de siphonage du budget de RFI au profit de  France 24.

Paris, le 18 avril 2012

 

RFI       FO – SNJ/CGT – SNRT/CGT – SNJ-SUD

Read Full Post »

Ou l’information lacunaire

  

Ce jour, 17 avril 2012, la direction a présenté au CHSCT, le Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail, une nouvelle grille unique remplaçant les actuelles grilles Afrique et Monde.

Les élus de l’intersyndicale au CHSCT considèrent que ni les documents fournis, ni les réponses insuffisantes de la direction à leurs questions n’ont apporté d’éclaircissement sur les conditions de travail liées à cette nouvelle grille.

En l’absence d’une information complète, loyale et sincère, telle que devrait la fournir la direction au CHSCT, les élus de l’intersyndicale ont voté une motion pour demander une expertise.

La direction a contesté le bien fondé de cette expertise, suivie par la CFDT.

 

voici le texte de la motion :

Résolution CHSCT du 17 avril 2012

Le 22 mars 2012 et ce jour, la direction de RFI a présenté aux membres du CHSCT un ordre du jour intitulé « Information et consultation sur les conséquences sur les conditions de travail du projet d’une nouvelle grille de programmes Afrique/Monde ».

Les élus du CHSCT demandent une information loyale, complète et sincère sur ce sujet. Au cours des débats, les membres du CHSCT ont mis en évidence le manque d’informations, notamment sur les répercussions de cette « grille unique » sur les personnels travaillant en anglais, en portugais et en espagnol au sein de la « rédaction unique » et qui seront par conséquent, eux aussi, concernés par la « grille unique ».

Ce projet de « grille unique » est un projet important qui modifie les conditions de travail de journalistes et de techniciens chargés de réalisation (TCR) et d’autres catégories professionnelles. Il s’agit d’un changement de l’organisation du travail ayant des conséquences sur les rythmes de travail, avec des risques de stress professionnel accrus. De plus, il peut y avoir des conséquences sur les rémunérations (réduction ou augmentation de travail de nuit et autres éléments variables de paie).

Ce projet important amène le CHSCT à voter le recours à un cabinet d’experts agréé. Le CHSCT souhaite rencontrer plusieurs cabinets d’experts agréés avant de procéder à un choix.

Les membres du CHSCT demandent au Président du CHSCT, M.Pierre MARTINEZ, d’organiser un CHSCT extraordinaire pour voter sur la désignation nominative de l’expert.

Les élus du CHSCT mandatent Mme xxx et, en cas d’empêchement, de Mme xxx, membre du CHSCT, pour suivre la mission d’expertise et éventuellement pour ester en justice, représenter le CHSCT en première instance, interjeter appel, et représenter le CHSCT en appel. Le représentant du CHSCT pourra se faire assister et représenter par l’avocat de son choix.                                                                                                      

RFI – FO – SNJ/CGT – SNRT/CGT – SNJ

Read Full Post »

Le PDG de l’AEF veut faire croire aux Socialistes que son projet est irréversible,

A une dizaine de jours du premier tour de la  Présidentielle, Alain de Pouzilhac sort de son chapeau élimé un soi-disant dragon nommé AEF,  droit sur ses pattes, crachant à l’international des flammes si puissantes qu’elles grilleraient les ailes de ses concurrents.

Ses gesticulations ont jusqu’à présent satisfait la droite, mais à l’aube d’un scrutin qui pourrait conduire à l’alternance, le PDG tente désormais d’embobiner le Parti Socialiste. Il affirme que sa fusion RFI/France 24 est irréversible.

mais la fusion qu’il décrit (et dont nous contestons la légalité en justice) n’est qu’illusion.

La fusion RFI/France 24 n’existe que sur le papier. Les efforts du triumvirat en place (Pouzilhac, Nakad et Capomaccio) pour forcer le mariage n’y changent rien.

·        Effectuer des nominations en rafale (75  en un mois), donne le vertige, mais rien de plus. Ce ne sont pas les petits soldats fraîchement nommés (pour la plupart issus de France24) qui vont convaincre les salariés de RFI.

·        Certains vassaux déchantent d’ailleurs bien vite : nommé directeur le 7 mars, révoqué un mois plus tard. La valse des directeurs a toujours été la pratique sous l’ère Pouzilhac.

·        Imprimer une brochure sur les prochaines soirées électorales : une recette de publicitaire éculée. Elle ne cache pas la misère des moyens mis en place avec en point d’orgue le son de la télévision France24 sur la radio RFI.

·        Quant au déménagement de RFI : seules 85 personnes ont quitté la Maison de la Radio pour Issy-les-Moulineaux. Cette première étape hautement symbolique a été maintenue, malgré les mauvaises conditions, obligeant les salariés à supporter dans les premières heures, 32 degrés dans les open space; les jours suivants, odeurs de peinture et bruit de travaux. C’était le prix à payer pour pouvoir clamer que le déménagement est en cours. Il en dit long sur l’attention que la direction porte à la santé du personnel.

Alain de Pouzilhac et son entourage confondent rêve et réalité.

Quand Alain de Pouzilhac annonce que 93% des émissions sont faites en commun entre RFI et France24, on le met au défi d’en faire la liste.

Quand trois élus du SNJ de RFI sont évincés de leur émission, Alain de Pouzilhac répond “tout est bon pour faire de l’obstruction”. Nous, nous dénonçons une discrimination syndicale.

Quand Alain de Pouzilhac déclare qu’”il a le sentiment que … la très grande majorité des salariés de cette grande maison sont heureux du travail accompli”. Nous enjoignons au piètre magicien et à ses assistantes de rejoindre le monde réel.

Consultez par référendum les salariés de RFI au nom desquels vous vous exprimez depuis si longtemps, sans jamais avoir pris le temps de les écouter. A défaut, nous nous en chargerons.

Paris, le 12 avril 2012

RFI

FO  SNJ-CGT  CGT-SNRT  SNJ SUD

Read Full Post »

Nous avons une audience en référé, en première instance donc, au TGI – Palais de Justice de Paris – à 9 heures, ce jeudi 12 avril 2012, pour faire juger l’irrégularité de la consultation du Comité d’entreprise de RFI sur la fusion.

Avis à ceux qui peuvent s’y rendre. Rendez-vous 1/4 d’heure avant sur les marches du Palais.

Read Full Post »

La direction sait que le temps lui est compté. A 15 jours de la présidentielle, Alain de Pouzilhac veut acter la fusion pour camoufler sa mauvaise gestion. Les nominations hâtives se multiplient, la destructuration de RFI continue.

Conformément à sa stratégie du fait accompli, la direction a convoqué unilatéralement, ce vendredi 6 avril, une réunion dite de « comité d’établissement » de RFI avec à l’ordre du jour « projet d’une nouvelle grille de programmes Afrique/Monde ».

De qui se moque-t-on ?

– Par un coup de baguette magique, la direction estime qu’il n’y a plus de Comité d’Entreprise et qu’il y a désormais un comité d’établissement. Accepter une réunion de comité d’établissement signifie accepter la fusion alors que la justice doit se prononcer, en appel, sur la légalité de la fusion RFI/France24, le 14 mai prochain. C’est pourquoi les élus de l’intersyndicale (FO, SNJ, SNRT-CGT et SNJ-CGT) contestent devant la justice la légalité de cette réunion entachée de plusieurs irrégularités.

– La direction ne respecte pas les salariés, comme elle ne respecte pas non plus le CE. Elle fait semblant d’informer et de consulter les élus alors qu’en réalité les jeux sont faits. Elle a déjà annoncé ses décisions concernant la grille unique aux personnels. Dans la construction de sa nouvelle grille, elle oppose les salariés les uns aux autres, détricote avec application l’expérience de RFI. Un travail de sape savamment orchestré au détriment des salariés de RFI et de la qualité de l’antenne.

La dernière manigance d’Alain de Pouzilhac : la grille unique. Elle lui permettra de diffuser, à l’envie, la télévision France 24 sur la radio RFI. Une antenne commune Afrique/Monde sans décrochages qui ne sera donc plus adaptée aux attentes de nos différents auditoires et destructrice d’emplois.

Nous appelons la CFDT de RFI à ne pas cautionner la fusion.

Paris, le 6 avril 2012

RFI

FO – SNJ- SNJ/CGT- SNRT/CGT- SUD

Par souci d’exhaustivité, signalons l’itw d’ADP à l’Express ce vendredi. En bref pour ceux qui auraient la flemme de lire la com’ patronale : mais puisqu’on vous dit que tout va bien, les salariés sont euphoriques, l’audimat explose, les comptes sont assainis…

Une communication précipitée, c’est que la semaine a été chaude avec différents articles (Libé, Télérama) désobligeants sur l’élaboration de la nouvelle grille.

Signalons aussi, concernant notre nouvelle DRH, Mme Sophie Letierce, cet article du Parisien relatant ses faits d’armes chez Wolters Kluwer, entreprise dans laquelle elle exerçait en tant que DRH au moment du plan social.

Joyeuses Pâques !!!

Read Full Post »

Older Posts »