Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Crise’

RFI

SNJ-CGT     SNRT-CGT     FO     SNJ     SUD

MCD

CFDT     SNJ-FO     CGT     SNJ     SUD

FRANCE 24

CGT

Pouzilhac dehors !

Trahison, fiasco et faillite à l’AEF

Grégoire Deniau, Bertrand Coq, Ulysse Gosset, Vincent Giret, Christine Ockrent, Isabelle Poiraudeau, Pierre Ganz, Henri Perilhou et maintenant Jean Lesieur. Qui sera le prochain sur la liste des condamnés ? Car la liste des cadavres laissés par la direction à F24 et RFI est impressionnante et n’est pas prêt de se terminer ! La valse des dirigeants de l’AEF démontre bien l’incapacité du PDG à élaborer un projet d’entreprise, un projet rédactionnel dans lequel son propre encadrement puisse, au final, se reconnaitre.

Il ne suffit pas d’inventer le slogan « le contrat de confiance », encore faut-il être capable de le mettre en musique dans sa propre entreprise.

Et la dernière motion de défiance des salariés de F24 (plus de 70% qui n’accordent plus leur confiance à Alain de Pouzilhac) démontre qu’il en est incapable. Rappelons qu’en juin dernier déjà, les personnels de RFI s’étaient exprimés à plus de 96 %, eux aussi dans une motion de défiance.

Les salariés ne sont donc pas dupes. Au cours de déjeuners luxueux, le PDG peut toujours essayer de leur « vendre » son beau projet de fusion, dans de « magnifiques » locaux à Issy-les-Moulineaux, personne ne croit plus en ce mirage extrêmement coûteux qui fera tout, sauf faire des économies à l’État!

Alain de Pouzilhac est aujourd’hui un obstacle à tout projet d’avenir pour nos entreprises.

Salariés, journalistes, techniciens et administratifs qui sont attachés à faire rayonner l’image de la France dans le monde, ne peuvent plus travailler sereinement et inventer les médias internationaux du XXIème siècle.

Alain de Pouzilhac doit en tirer les conséquences sans quoi nos tutelles devront enfin prendre leurs responsabilités… puisque ce sont elles qui ont nommé Alain de Pouzilhac à la tête de l’AEF.

Publicités

Read Full Post »

RFI

SNJ FO SNRT-CGT SNJ-CGT

Les préavis de grève des syndicats réunis en intersyndicale (SNJ FO SNRT-CGT SNJ-CGT) ont été déposés mercredi 23 juin. Nous demandons l’ouverture urgente de négociations sur les métiers à RFI (journalistes, techniciens, chargés de réalisation, TCR et administratifs).

Nous appelons les salariés à cesser le travail le jeudi 30 juin à partir de 00h00 jusqu’au vendredi 1er juillet, à 07h00 du matin.

Venez nombreux pour en discuter avec nous !

ASSEMBLEE GENERALE
Mardi 28 juin 2011
14h00
Devant le « 116 » (ex-CAPE)

Vos élus sont à votre disposition pour répondre à toutes vos questions.


Read Full Post »

A écouter et faire écouter… le rap de la rentrée !

Carla Prima Donna

Read Full Post »

fantomeOn en apprend des vertes et des pas mûres dans la presse. Les salariés de RFI ont eu la surprise de lire le 6 octobre une interview d’Alain de Pouzilhac aux Échos dans laquelle notre PDG annonce une chute dramatique de l’auditoire de RFI qui aurait fondu de 8 millions d’auditeurs en 4 ans. Le lendemain même, nouvelle stupéfaction en lisant une nouvelle interview du PDG dans Média +, le quotidien des professionnels des médias, où il annonce le désengagement progressif de l’État actionnaire d’ici 2012, c’est-à-dire la privatisation à court terme de la société. Ces deux informations capitales n’ont jamais été communiquées au Comité d’entreprise, ce qui constitue en soi un délit d’entrave. Une majorité d’élus a donc décidé de convoquer un CE extraordinaire ce 16 octobre pour entendre enfin leur président. Hélas ce fut chaise vide et huissier de justice.

Il est vrai que depuis 5 mois, Alain de Pouzilhac ne se montre plus au CE, pas plus que son alter ego Christine Ockrent, pourtant directrice générale de RFI. Ces oiseaux de mauvais augure n’ont fait que quelques apparitions fantomatiques à leurs réunions de persuasion des salariés, avec le succès que l’on connaît. À la dernière de ces réunions, il n’y avait plus que 5 salariés pour 4 membres de la direction.

S’il est d’une extrême discrétion à RFI, Alain de Pouzilhac l’est beaucoup moins à l’extérieur où il se répand à tort et souvent de travers, toujours pour dénigrer ses salariés et parfois même pour les insulter. « Les salariés de RFI sont des cons et les syndicats sont des soviétiques. Il n’y a rien à tirer de RFI » a dit Alain de Pouzilhac le 17 septembre. Des paroles prononcées en privé mais qui n’ont pas tardé à parvenir sur la place publique, sans jamais avoir été démenties par l’intéressé.  

Alain de Pouzilhac n’est pas seul à jacasser de la sorte. Sa très peu aimable moitié à la tête de RFI n’est pas en reste pour ce qui est des cancans perfides. Côté gentillesse, elle qualifie RFI de « radio tam-tam ». Et voici pour le versant méchanceté : « RFI, c’est une morgue dont les cadavres ne veulent pas quitter leurs tiroirs ».

 Ce concert criard de nos oiseaux de malheur finit par nous casser les oreilles. Qu’ils aillent donc enfin caqueter ailleurs !

SNJ     FO     SNRT-CGT     SNJ-CGT

Read Full Post »

« La semaine dernière, j’étais à Berlin, il y avait les élections. J’ai rien compris, j’parle pas allemand »

(Alain de Pouzilhac, Libération, 7 octobre 2009)

Vous ne parlez pas non plus très bien le français, Monsieur le Président. Mais là n’est point le propos.

Que n’avez-vous écouté RFI quand vous étiez à Berlin !

Nos envoyés spéciaux, correspondants permanents, reportages variés et émissions spéciales vous auraient éclairé.

Mais savez-vous seulement que RFI diffuse à Berlin sur 106 FM ?  En français et en allemand, 24h sur 24.

Dans votre hâte de supprimer la rédaction allemande, vous avez déjà tiré un trait sur les fréquences de Rfi à Leipzig, Dresde et Chemnitz,  mais pour l’instant, l’émetteur de Berlin a résisté à « votre modernisation ».

Vous êtes si occupé à dénigrer RFI, la radio que vous présidez, que vous ne pensez même pas à l’écouter.

Au-delà de tout cela, comment osez- vous, vous PDG  d’une radio internationale, vous vanter d’être à Berlin un jour aussi important  pour l’Allemagne et l’Europe toute entière, et de n’y rien comprendre ? Visiblement sans  même chercher  à y comprendre quelque chose ?

Vous ne dirigez pas un casino ni une société agro-alimentaire!  

Imaginerait-on le patron du « Monde », de «Libération » ,de  « France Télévision » ou de la « BBC »  séjourner  dans un pays le jour d’élections cruciales, et se vanter de n’y rien comprendre ?

Monsieur de Pouzilhac, vous nous faites honte ! 

PS : Pour votre information, Angela Merkel restera Chancelière.

SNJ   SNJ-CGT   CGT-SNRT   FO

Read Full Post »

Au troisième jour de grève à RFI la direction de Radio France Internationale fait toujours semblant de ne pas comprendre la portée du jugement de la Cour d’appel du lundi 11 mai 2009. 

Les résultats des référés du jeudi 14 mai 2009 n’ont aucune incidence sur la décision de la Cour d’appel de Paris de suspendre le plan social et les licenciements à RFI. Pour information, la Cour d’appel de Paris est une juridiction supérieure, ses décisions s’imposent. 

Le président et sa garde rapprochée respirent actuellement le bon air de Cannes faisant fi de l’ampleur du mouvement social et de ses conséquences sur l’antenne.

Pendant ce temps, ceux qui restent de la direction s’obstinent à ne vouloir parler que de calendrier et à poursuivre la mise en œuvre d’un Plan social pourtant suspendu par l’arrêt de la Cour d’appel.

Notre première revendication : le retrait du plan social.

La direction continue à ignorer les revendications du préavis, alors que la grève à été reconduite pour un quatrième jour, ce jeudi, en Assemblée générale. 

Nouvelle AG vendredi 13h00 devant le 116, ex CAPE.

Read Full Post »

Les salariés de RFI se sont exprimés massivement sur deux motions de défiance, l’une contre l’Etat (motion défiance Tutelles), l’autre contre la direction de RFI et de l’AEF (motion défiance RFI-AEF), qui ont engagé un plan de licenciements dans une entreprise de service public.

Plus de 2/3 des salariés présents se sont exprimés.

96% des votants (379) se sont prononcés contre la direction de RFI et de l’AEF.

95% des votants (383) ont exprimé leur défiance contre l’Etat.

L’intersyndicale de RFI, FO, SNJ, SNJ-CGT, SNRT-CGT salue la mobilisation massive de l’ensemble des catégories de personnel et se réjouit de l’ampleur du mouvement de grève.

La quasi-totalité des antennes en français et en langues étrangères sont bloquées depuis 48 heures. Et ce mercredi, aucun journal ni magazine n’a été diffusé sur l’antenne Monde depuis 10H00 du matin.

L’intersyndicale se réjouit du pont de solidarité qui s’est tissé entre les différentes catégories professionnelles afin de rendre cette grève efficace.

Dans l’après-midi de mercredi, la grève a été reconduite pour 24 heures.

Read Full Post »

Older Posts »