Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Déménagement’

L’action au fond sur l’illégalité de la fusion au regard de la loi du 5 mars 2009 se tient ce vendredi 28 septembre à 10 heures au tribunal de grande instance de  Nanterre.

TGI, 2-6 rue Pablo Neruda, 92000 Nanterre

****

Dans la presse, cette dépêche AFP du 25 septembre reprise par plusieurs médias comme l’Express (« Saragosse jure qu’il n’y aura pas de fusion de RFI et veut consulter les salariés de l’AEF« )  

« Saragosse n’a pas l’intention de fusionner RFI avec  « quoi que ce soit »

AFP – Marie-Christine Saragosse, choisie pour présider l’Audiovisuel extérieur de la France, a déclaré mercredi ne pas avoir l’intention de fusionner la radio RFI avec « quoi que ce soit » et dit comprendre « la peur » de ses journalistes « de disparaître » après deux plans sociaux.

« Je n’ai pas l’intention de fusionner RFI avec quoi que ce soit. Il va falloir qu’on me fasse confiance et qu’on me croie », a dit Mme Saragosse devant la Commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée nationale.

Interrogée par plusieurs députés sur ses projets concernant RFI, France 24 et MCD, la filiale arabophone de RFI, Mme Saragosse a confirmé que les trois rédactions seront séparées.

Son prédécesseur, Alain de Pouzilhac, a été contraint de démissionner de la présidence de l’AEF le 12 juillet après avoir été désavoué par le gouvernement sur son projet de fusionner les rédactions.

Au sujet du projet de déménagement de la rédaction de RFI de la Maison de la radio, à Paris, à Issy-les-Moulineaux, Mme Saragosse a estimé qu’il passait mal auprès des salariés parce que ces derniers se sont sentis « contraints ».

« Bien sûr qu’il y a des problèmes techniques » qui expliquent les réticences au déménagement mais, selon Mme Saragosse, il y a aussi « une accumulation de blessures. On ne vit pas impunément deux plans sociaux. Je comprends la peur de disparaître » des journalistes de RFI.

Elle a suggéré que la loi sur l’audiovisuel public qui sera débattue en 2013 puisse « affirmer l’identité de RFI pour que cette peur de disparaître laisse en paix les salariés de RFI afin qu’ils puissent se recentrer sur les vrais enjeux ». »

et puis aussi cette info dans TéléObs du 25 septembre : « M.C. Saragosse invite radio-France et France Télé au conseil d’administration de l’AEF. »

 

Read Full Post »

Ci-dessous et ci-joint le préavis de grève déposé cet après-midi.

PROCHAINE ASSEMBLEE GENERALE :

MARDI 11 SEPTEMBRE 2012, 14h

 

 

 

                                 

 

 

PREAVIS DE GREVE

 

Les syndicats FO, SNJ, SNJ-CGT, SNRT-CGT et SUD appellent les salariés de RFI à faire grève à partir de 00h, le mercredi 12 septembre 2012, pour une durée indéterminée, pour dire :

 

Non au déménagement à Issy-les-Moulineaux !

 

       Il entraînera la destruction de RFI

       La sécurité des salariés n’y est pas garantie

       Le déménagement signifie une dégradation inacceptable des conditions de travail

       La mise en commun avec France 24 met en cause nos garanties conventionnelles

       Ce déménagement se ferait au mépris des instances représentatives du personnel

       Il découle de décisions d’une hiérarchie illégitime

–    C’est un gâchis financier

       Ce déménagement est la mise en œuvre du plan Sarkozy-Pouzilhac

 

Nous voulons rester à la Maison de la radio pour faire de la radio.

Nous voulons des conditions de travail qui ne mettent pas en cause notre sécurité, notre santé.

Nous voulons que la direction se conforme à la loi.
Nous voulons garder nos acquis conventionnels et être respectés.
Nous voulons que RFI puisse se reconstruire !

 

En conséquence, nous demandons l’ouverture de négociations sur :

         le retour à la Maison de la radio des personnels déjà installés à Issy dont la sécurité n’est pas garantie (absence des certificats de conformité, des mesures d’air effectuées à Issy-les-Moulineaux…).

         l’application de la non-fusion des rédactions radio et internet de RFI et de celle de MCD.

         le maintien des garanties conventionnelles au-delà du 8 octobre 2012.


Fait à Paris, le 6 septembre 2012

Read Full Post »

La direction veut imposer le déménagement d’environ 700 personnes entre le 14 septembre et le 14 octobre 2012.

Pourtant, lors des CHSCT des 3 et 4 septembre 2012 la direction n’a toujours pas fourni de garanties de sécurité pour les salariés qui sont ou seront installés à Issy-les-Moulineaux. (Pas de certificats de conformité du bâtiment et des travaux, pas de plans de prévention des risques…)

Les conditions de travail envisagées sont inacceptables :

-Travail en open-space généralisé dans la plupart des étages.

-Rajout de postes de travail dans des espaces déjà sous-dimensionnés.

-Arrivée massive de salariés de l’AEF, France 24 et prestataires extérieurs dans un immeuble présenté comme exclusivement dédié à RFI.

Ce déménagement à marche forcée continue la mise en œuvre du projet Sarkozy-Pouzilhac. Il valide des décisions prises par une hiérarchie illégitime et poursuit la démolition de RFI.

 

Notre mobilisation peut encore changer le cours des évènements.

Venez nombreux à l’AG ce jeudi 6 septembre à 13h au 7ème étage,

palier F !!!!

 

cgt / fo / snj /sud

 

Read Full Post »

C’est à lire dans le numéro de Politis de ce jeudi 19 juillet sous la plume de Jean-Claude Renard :

« Un goût de trahison

 

AEF : Malgré le départ d’Alain de Pouzilhac, qui satisfait l’intersyndicale de RFI, la fusion avec France 24 se poursuit.

Les choses n’auront finalement pas traîné. Alain de Pouzilhac, PDG de l’Audiovisuel extérieur de la France (AEF), a démissionné de ses fonctions jeudi 12 juillet. Une démission un peu contrainte face à la volonté du gouvernement et notamment de ses ministres de tutelle (Aurélie Filippetti et Laurent Fabius), qui l’avaient reçu la veille au Quai d’Orsay, après un conseil d’administration musclé.

Les ministres n’auront pas eu à limoger un patron nommé par Nicolas Sarkozy en 2008 et dont le mandat courait jusqu’en janvier 2013 (au reste, on s’attendait en interne à voir le gouvernement patienter jusqu’à l’expiration de ce mandat).

Cette décision peut être lue comme une victoire pour les syndicats. Maigre victoire à vrai dire, sinon fausse. Car le rapport de Jean-Paul Cluzel, chargé du dossier de la fusion RFI/France 24, proche de la CFDT, soutient la fusion juridique orchestrée par Alain de Pouzilhac, certes sans ajouter la fusion des rédactions.

Un rapport qui maintient également le déménagement de RFI à côté de France 24, à Issy-lesMoulineaux. Motif : revenir en arrière sur la fusion juridique serait trop coûteux. C’était le but d’Alain de Pouzilhac : l’imposer à marche forcée, en dépit même d’un moratoire de plusieurs semaines prononcé début juin, de sorte que la fusion soit irréversible. En termes de coût, il faudra notamment justifier un choix curieux : RFI versait un loyer à l’État. Installée en banlieue, la radio devra s’en acquitter auprès du privé (Allianz).

C’est au numéro 2 d’AEF d’assurer l’intérim, en attendant une nomination de l’Élysée, qui devra utiliser l’article 13 de la loi audiovisuelle de 2009, permettant à l’exécutif de nommer par décret le PDG d’AEF ­ ce même article dénoncé alors par les socialistes.

Nommé en 2008, l’ex-publicitaire d’Havas laisse derrière lui quatre années de chaos. Depuis sa rivalité avec Christine Ockrent, alors numéro 2 (et qui réclame toujours le paiement de 650 000 euros), jusqu’à une motion de défiance en octobre 2011 d’une large majorité de la rédaction, en passant par une réduction des effectifs (300 postes) et une série de grèves.

Pouzilhac part mais sa politique semble maintenue. L’intersyndicale (FO, SNJ-CGT, SNJ, SUD), représentant environ 60 % des salariés, estime qu’« aucun élément n’indique que la politique a changé ». Dans les couloirs, on se rappelle que Hollande et Ayrault avaient signé la pétition contre la fusion, et le mot « trahison » est prononcé. »

Read Full Post »

De combien Alain de Pouzilhac va-t-il plomber l’Audiovisuel extérieur de la France : 50, 60, 100 M € de déficit ?

Alain de Pouzilhac a entamé une course de vitesse pour rendre ses projets irréversibles. Ses autorités de tutelles lui ont imposé un moratoire. Il ne le respecte pas, il continue à dilapider l’argent public et faire flamber l’addition :

  • Le coût des aménagements dans les nouveaux locaux à Issy-les-Moulineaux.
  • Les doubles locations : Maison de la Radio, Issy-les-Moulineaux.
  • Les locations d’espaces supplémentaires à Issy-les-Moulineaux (+ de 1000 mètres carrés), des locations supplémentaires nécessaires au stockage des matériels techniques de diffusion et de reportage. Une conséquence due à la surévaluation initiale de l’espace disponible pour la radio au 80 rue Camille Desmoulins.
  • L’achat de meubles pour les bureaux, les locaux de la cantine, de la cafétéria …
  • L’ouverture d’une ligne de crédit illimité pour refaire et tenter de rendre rapidement opérationnels des studios techniques avec les contraintes du bâtiment d’Issy-les-Moulineaux.
  • Les prestations de l’agence « Image 7 », pour la gestion de l’image d’Alain de Pouzilhac et la diffusion de sa  propagande en défense de la fusion.
  • Les séminaires de management dans des hôtels particuliers en France ou à l’étranger.
  • Le recours à de multiples cabinets de consultants, dont KPMG, « spécialisé dans le conseil en fusions et acquisitions ».

Tous ces éléments ne sont que des opérations qui visent à imposer la fusion-dissolution de RFI dans France 24. Une fusion voulue par Nicolas Sarkozy.

Il faut se rendre à l’évidence : l’AEF est un échec économique, stratégique, professionnel et humain. C’est une fausse bonne idée qui a un coût considérable et prouvée qu’elle n’était pas viable.

Pourquoi l’équipe d’Alain de Pouzilhac peut-elle se permettre de braver le moratoire qui lui est imposé ?

La direction et Alain de Pouzilhac ont même choisi d’interpréter dans le sens qui les arrange le moratoire, par voie de presse sur la croix.fr pour dire : « les travaux, démarrés avant le moratoire, sont déjà très avancés », précise la direction l’AEF. Et dans cet article un élu CFDT complète    « Le moratoire concerne la fusion des rédactions. L’arrêt des travaux n’a pas été demandé ». La CFDT le seul syndicat instrumentalisé par la direction pour la destruction de RFI.

Depuis la création de l’AEF la seule stratégie appliquée semble avoir été de faire disparaitre RFI, la seule société qui marchait. Alain de Pouzilhac confirme cette stratégie mortifère avec la grille unique. Cette grille unique ne sera satisfaisante ni pour les auditeurs en Afrique ni pour les auditeurs dans le monde. RFI perdra sur les deux terrains.

On ne peut pas imposer des projets contre la volonté d’une très grande majorité des salariés. A ce sujet, les consultations et pétitions signées par la majorité des personnels parlent d’elles-mêmes. Alain de Pouzilhac s’appuie sur quelques membres d’un syndicat pour faire croire que la moitié des salariés seraient prêt à accepter la fusion-destruction de RFI. Rien n’est plus faux, mais Alain de Pouzilhac n’en est pas à une illusion près. La centaine de salariés de RFI qui ont été obligés de s’installer à Issy-les-Moulineaux n’ont qu’un seul rêve : rentrer à la Maison de la Radio.

Nous demandons à l’Etat, au moment même où il s’apprête à prendre une décision, d’arrêter la fusion entre RFI et France 24 ; de maintenir RFI à la Maison de la Radio ; d’attribuer à RFI un budget qui garantit son autonomie financière et son indépendance éditoriale ; et le départ d’Alain de Pouzilhac, qui par ailleurs est à la direction de la deuxième société de casino en France.

Paris, le 26 juin 2012

 

RFI

FO – SNJ – SNJ/CGT – SNRT/CGT – SUD

 

Read Full Post »

 

La Direction applique le moratoire comme elle l’entend

Les salariés sont en danger !

Le moratoire doit être respecté : arrêt des travaux !!!! 


La direction se cache derrière le moratoire et annule à la dernière minute un CHSCT extraordinaire.
 
La direction ne veut ou ne peut pas répondre aux interrogations posées par les élus de cette instance dont la mission est de vérifier que la santé et la sécurité des salaries est garantie.
 
A savoir :
 
Tous les points qui devaient être abordés lors de cette séance supplémentaire concernent les aménagements à Issy-les-Moulineaux.
 
Jamais aucun certificat de conformité des installations de l’immeuble n’a été présenté au CHSCT, et ce malgré le déclenchement d’un droit d’alerte et l’intervention de l’inspecteur du travail de Nanterre.
 
Au fil des visites effectuées au 80, rue Camille Desmoulins, les membres du CHSCT  ont constaté que les aménagements des locaux occupés évoluaient de semaine en semaine, et qu’ils sont aujourd’hui bien différents des plans sur lesquels ils avaient été consultés fin 2011.
 
Les locaux ne sont plus réservés aux salariés de RFI. L’installation de sous-traitants ainsi que de salariés de France 24 le prouve.
 
Les problèmes de climatisation continuent, les open spaces provoquent stress pour les salariés qui se sentent surveillés, et dès qu’il pleut, l’eau filtre par les plafonds et par les jointures des fenêtres. Même au sous-sol réservé au parking de RFI ou l’eau coule à côté des néons.
 
Pour échapper aux réponses, la direction invoque le moratoire fixé par le gouvernement, qui interdirait à la direction de s’ « engager dans des débats avec nos instances représentatives du personnel sur un projet suspendu à ce jour et dont nous ne connaissons pas le devenir ».   

Indignée par cette absence de transparence, et dans un souci de respect du moratoire auquel se réfère la direction, quand cela l’arrange, l’intersyndicale exige aujourd’hui l’arrêt immédiat des travaux d’aménagement à Issy. De plus, en l’absence de concertation et de consultation, pourtant obligatoire (article L.4612-8 du Code du Travail) sur les aménagements en cours et à venir dans l’immeuble HP d’Issy et en l’absence de certificats de conformité des installations (électricité, renouvellement d’air, travaux en site occupé) plus de 3 mois après l’arrivée des premiers salariés, l’intersyndicale estime, tout comme les membres du CHSCT, que la sécurité des salariés n’est absolument pas garantie, sur un site où de plus cohabitent postes de travail et chantiers.

L’intersyndicale interpelle ce jour les tutelles afin qu’elles enjoignent à cette direction irresponsable de présenter sans délai toutes les garanties que le CHSCT demande depuis 3 mois, en l’absence desquelles une évacuation du bâtiment HP serait à envisager sérieusement.

Enfin, l’intersyndicale demande que soit sanctionnée une direction inconsciente qui continue en toute impunité à bafouer le moratoire imposé par les tutelles, à bafouer le code du travail et à mépriser les instances du personnel de RFI, dans son obsession à poursuivre, quels qu’en soient les coûts financiers et humains, les travaux d’aménagement, afin d’essayer de rendre la fusion et le déménagement irréversibles, ce qui s’apparente à une forme de chantage sur les salariés et l’Etat.

 Paris, le 22 juin 2012

RFI

FO   SNJ   SNJ-CGT  SNRT-CGT   SUD

Read Full Post »

Actuellement 11 studios d’enregistrements / diffusion sont en construction au 80, rue Camille Desmoulins :
– 1 studio 6 places, 1 studio 4 places, 1 studio 2 places au 2ème, 3 ème et 4ème étage du bâtiment, soit 9 studios.
– 1 studio pour MCD au 1er étage,
– 1 grand studio radio/télévision, dit studio “vitrine”, au RDC, sous la verrière.
En parallèle, les travaux d’aménagement de la restauration d’entreprise continuent au 1er , alors que la consultation du CHSCT de RFI sur l’aménagement de la restauration a été reportée pour cause de moratoire.
 
Dans l’entrée du bâtiment à droite, la cafétéria se monte à vitesse grand V.
Lors du CHSCT du 8 juin 2012, M. Didier Tourancheau, présent en séance, déclarait : “le gouvernement (…) a demandé à la direction de respecter un moratoire sur l’ensemble des actes qui sont liés à la fusion des rédactions, et même de l’entreprise. (…) Il nous a paru normal de cesser tout ce qui était en lien avec le processus actuel(…).” (p 5 du P.V. du CHSCT du 8 juin 2012 )
Mais quelques instants plus tard, il précisait : “Les travaux qui sont en cours continuent, le risque étant qu’ils soient faits pour rien, pour aller vite. Ce risque a été posé. il a été évalué”(…) Il a été posé au Gouvernement. Donc les travaux continuent mais aucune action en direction du personnel, elle, ne continue.(…)” (p 10 du P.V. du CHSCT du 8 juin 2012)
 
Dans ce contexte ambigu, la direction poursuit les travaux d’aménagement de l’immeuble HP.
Le CHSCT extraordinaire prévu jeudi 21 juin, à la demande de deux élus de l’intersyndicale, a été annulé par la direction qui s’est souvenue qu’un moratoire avait été imposé par les tutelles jusqu’au 5 juillet.
Voici les quatre points qui étaient à l’ordre du jour :

1 – Présentation des certificats de conformité du bâtiment HP d’Issy-Les-Moulineaux, demandés lors du déclenchement d’un droit d’alerte du CHSCT le 22 mars 2012.

Ces garanties concernent l’électricité, le renouvellement d’air, les travaux en site occupé.

2- Présentation des mesures de températures et des taux d’humidité effectués sur site d’Issy depuis l’envoi du courrier de l’inspection du travail des Hauts-de-Seine datant du 12 avril 2012.

3 – Présentation pour une information en vue d’une consultation des plans actuels d’ aménagements sur site d’Issy, concernant les étages 6 , 7 et 8, et le 1er sous-sol, suite aux modifications de projets, déplacements de services, rajouts de postes de travail, fusion des fonctions supports entre RFI et F24 occupants des espaces dédiés à RFI et MCD sur ilot 10.

4 – Vote d’une résolution en vue d’une action en justice pour entrave au CHSCT, si documents non fournis.

et la lettre du chsct envoyée ce jeudi 22 juin par les élus de l’intersyndicale à la direction de RFI.


Le 24 mai dernier à Issy

Les membres de l’intersyndicale CGT-FO-SNJ au CHSCT de RFI

Read Full Post »

Older Posts »