Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Déménagement’

Bref compte-rendu

du rendez-vous de l’Intersyndicale FO, SNJ, SNJ-CGT, SNRT-CGT, SUD

au ministère de la Culture et de la Communication du 7 juin 2012

 

Présents côté ministère :

M. Gilles Le Blanc, chef de cabinet adjoint

M. Daniel Guérin, conseiller social

M. Kim Pham, conseiller audiovisuel

Mme Laurence Franceschini, directrice de la DGMIC, accompagnée de deux collaborateurs

L’intersyndicale a abordé les points suivants :

·        Le paradoxe entre l’annonce du moratoire et le fait que la direction continue à avancer sur le même projet : tenue des instances, nominations, pression sur le personnel, maintien de la soirée électorale RFI-France 24, grille unique, les déménagements, les travaux.

·        Nous avons remis la pétition des salariés de RFI (plus de 300 signatures en 24 heures !!)

·        Nous avons parlé de la perte de crédibilité notamment éditoriale de RFI et de France 24.

·        Nous avons développé les arguments pour rester à la Maison de la radio (coûts, défaillances du bâtiment à Issy-les-Moulineaux, avantages des services de la Maison de la radio).

·        Nous avons abordé le statut d’auto-entrepreneurs des correspondants de France 24, les conditions de travail dégradées et les risques psychosociaux (rapport Technologia)

Le message du ministère :

RFI et l’audiovisuel extérieur de la France sont des sujets sur lesquels nous sommes attentifs et vigilants, il y a des enjeux sociaux et politiques auxquels nous sommes très sensibles. Nous venons de vous entendre. La situation est très à vif, avec des points où se mêlent des problèmes de personnes, de gestion, et des problèmes de fond sur le modèle économique, l’organisation et le schéma de qualité de l’audiovisuel.

Pendant la campagne, il y a eu des engagements, après il y a l’action gouvernementale. Nous voulons allier concertation et travail de fond, ce qui n’exclut pas la fermeté.

La mission confiée à M. Cluzel est une mission courte dont les termes sont clairs, elle vise la mise à plat du dossier. En parallèle, le gouvernement a signifié au président de l’AEF un moratoire d’un mois sur toutes les opérations qui conduiraient à des irréversibilités concernant la fusion des rédactions.

Le moratoire doit être respecté. L’application et le suivi du moratoire – qui s’étend jusqu’au 5 juillet – a fait l’objet d’une lettre et d’un appel téléphonique à Alain de Pouzilhac. Il est important que des éléments significatifs portant atteinte au moratoire soient portés à la connaissance de M. Cluzel et du ministère.

Le schéma est cadré par des déclarations préalables. J’entends les inquiétudes du personnel. Ce sont des éléments extrêmement importants. La méthode appliquée est celle de la concertation. C’est une politique différente de ce qui a précédé.

Le rapport de M. Cluzel n’est pas écrit. Le résultat du travail de M. Cluzel doit être argumenté et très construit pour préparer une décision politique. Dans l’intervalle, il est dans l’intérêt de tous de recueillir le plus de matériaux pour la concertation et de concentrer tous ses efforts sur cette mission.

 ***

Rendez-vous avec M. Cluzel est pris par l’intersyndicale pour le lundi 11 juin.

Read Full Post »

Voici le communiqué de presse émanant conjointement des Ministères des Affaires étrangères et de la Culture et de la Communication :

Communiqué de presse

Paris, le 5 juin 2012

Laurent Fabius, ministre des Affaires Etrangères et Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication ont confié ce mardi 5 juin 2012 à Jean-Paul Cluzel une mission d’évaluation de la fusion en cours à l’AEF.

Le rapprochement de RFI, de Monte Carlo Doualiya et de France 24 au sein de la société «Audiovisuel extérieur de la France» (AEF), qui comprend aussi TV5MONDE, chaîne partenaire dont 49% du capital est détenu par l’AEF, a soulevé ces derniers mois de nombreuses craintes sur l’avenir de ces médias et de leurs rédactions.

En conséquence, un moratoire d’un mois sur la fusion des rédactions a été décidé pour permettre un réexamen du dossier sur le fond.

Jean-Paul Cluzel remettra aux ministres les conclusions de sa mission, et le cas échéant les différentes options alternatives avant le 22 juin, de façon à ce que le gouvernement puisse se prononcer sur les choix proposés avant la fin du moratoire.

****

Read Full Post »

Ancien président de RFI, ex-président de Radio France, Jean-Paul Cluzel pourrait se voir confier une « mission » sur l’AEF, selon Télérama

Jean-Paul Cluzel a certes dirigé RFI de 1995 à 2004, mais l’intersyndicale de RFI s’interroge sur le véritable objectif de cette éventuelle « mission ».

S’agit-il de faire patienter les salariés de RFI jusqu’au 18 juin, au lendemain des élections législatives ? Les personnels de RFI qui sont malmenés, brutalisés et humiliés depuis 4 ans, n’en peuvent plus d’attendre ! Ils se sont déjà exprimés nombre de fois contre la fusion, contre le déménagement et pour sauver RFI et ses missions.

L’intersyndicale s’interroge également sur le choix de M. Cluzel qui, depuis longtemps, oeuvre pour un rapprochement radio-télé. Pour mémoire, en 1997, à la demande d’Alain Juppé, alors Premier ministre, Jean-Paul Cluzel était déjà l’auteur d’un projet de chaîne française d’information internationale réunissant TV5, CFI et RFI au sein d’une société appelée Téléfi. Plus récemment, en 2003, le même Jean-Paul Cluzel a âprement défendu ce même projet de radio-télé internationale à la française. Et début 2012 encore, il ne cachait pas son soutien à la fusion RFI-France 24 au sein de l’AEF (Audiovisuel extérieur de la France), s’interrogeant même sur l’obstination des salariés de RFI à s’opposer à cette fusion. Dans ce contexte, Jean-Paul Cluzel est-il impartial ?

Et quel énième rapport, M. Cluzel peut-il encore rédiger sur l’état de l’AEF ? Tout a déjà été dit, critiqué… décortiqué. Et plutôt sévèrement, soit par l’IGF ou par les parlementaires !

A quoi peut servir Jean-Paul Cluzel, alors que François Hollande, président de la République, tout comme de nombreux parlementaires membres du parti socialiste ou apparentés aujourd’hui dans le gouvernement, ont apporté leur soutien aux personnels de RFI en signant la pétition contre la fusion ?

Quel est le sens de cette mission, alors qu’il y a urgence à arrêter la destruction de notre radio ? Les instances représentatives du personnel sont convoquées lundi et mercredi au sujet de la mise en place de la grille unique de programmes, symbole même de cette fusion-destruction.

Quel est le sens de cette mission alors que la direction, cornaquée par Alain de Pouzilhac, continue le déménagement de RFI… à tombeau ouvert ?

Il y a urgence, ne nous décevez pas !

Paris, le 3 juin 2012

Rendez-vous à l’assemblée générale le mardi 5 juin à 14 h !!!

RFI

FO – SNJ/CGT – SNRT- CGT – SNJ – SUD

Read Full Post »

Alain de Pouzilhac et sa direction persistent à vouloir mener à terme leur projet de fusion et mettre le gouvernement devant le fait accompli.

Les camions continuent à décharger du matériel pour la poursuite des travaux et aménagements de l’immeuble d’Issy-les-Moulineaux malgré la suspension du déménagement pendant quatre semaines.

(photo prise à Issy-les-Moulineaux le 24 mai : déménagement et emménagement se poursuivent)

La direction adresse des mails aux salariés pour les inviter à la présentation de la nouvelle grille, dite « grille unique » les 14 et 15 juin prochains. Elle entend consulter les instances représentatives du personnel sur la nouvelle grille qui s’inscrit dans le projet de fusion.

Et alors que pendant des mois elle n’a rien fait concernant les négociations sur les accords substitutifs aux textes conventionnels à RFI et France 24, la direction convoque maintenant les organisations syndicales à des négociations sur un « futur statut commun » au sein de l’AEF. Tout cela pour montrer une activité fusionnelle débordante !

Tout ceci n’a qu’un objectif : forcer les autorités à la fusion RFI-France24.

Et elle va plus loin. Voici les affirmations des directeurs, le jeudi 24 mai :

Sophie Letierce, directrice des ressources humaines AEF : « Nous avons reçu ordre de continuer la fusion… »

Didier Tourancheau, responsable du « dialogue social » : « Je reprends. Nous n’avons reçu aucune instruction ni de ralentir ni de surseoir ni de stopper la fusion »

Et Le Canard Enchaîné publie un extrait d’une lettre qu’un autre directeur envoie au personnel de son service : « Nous sommes tous convaincus de la pertinence de la fusion (…) et notre détermination est sans faille pour réussir ensemble. »

Nous vous invitons à lire le Canard Enchaîné du 30 mai 2012. Vous y trouverez la déclaration de Franck Chaumont, porte-parole de Aurélie Filippetti, la nouvelle ministre de la Culture. C’est limpide : « La position de Hollande n’a pas variée. On était contre la fusion pendant la campagne, on l’est toujours. La question va être réglée et rapidement ! »

Assez de provocations !

Il est temps que les pressions sur les salariés s’arrêtent !

Une assemblée générale des personnels est organisée le mardi 5 juin à 14h

RFI

FO – SNRT-CGT – SNJ-CGT – SNJ – SUD

Read Full Post »

Les mensonges et la violence, ça suffit ! La décence veut qu’ils se retirent !

Développement, synergies, stratégie, avenir radieux, pertinence, concurrence, conquêtes, ressources propres, technologies dernier cri… ou plutôt, dernier râle. Le PDG de l’audiovisuel extérieur de la France et son comité exécutif n’ont fait et ne continuent à faire, que mentir.

Avec une violence sociale inouïe, Alain de Pouzilhac et sa direction ont poussé au départ des talents, des compétences, des savoirs qui ont fait la richesse de RFI. Plus de 300 suppressions d’emplois en trois ans, dans l’unique but de détruire. Avec un mépris constant des salariés et de leurs élu(e)s, Alain de Pouzilhac et sa direction ont dénigré RFI – dont ils se prétendaient les garants – dans la presse, devant la représentation nationale, auprès des tutelles, à chaque occasion, en usant systématiquement d’un vocabulaire dénigrant, insultant et mensonger. Aucune, aucun salarié de la seule radio internationale de service public de la France n’a oublié qu’elle ou il a été affublé(e), à un moment ou à un autre de ces quatre dernières années, des termes élégants et respectueux de « cadavre », « ringard(e)», « immobiliste », etc.

Avec une désinvolture inadmissible à l’égard des parlementaires, Alain de Pouzilhac et sa direction ont mené avec autant d’acharnement que d’arrogance, leur projet de destruction de RFI. Leur unique obsession : offrir le modeste budget de la radio et quelques renforts humains à une télévision sous-dotée depuis sa création dans un mélange privé (TF1)-public.

Avec un déni forcené de la réalité et une rouerie sans bornes, Alain de Pouzilhac et sa direction ont inventé leur succès, à coup de statistiques bidon, de sondages fantaisistes et de dépenses considérables et scandaleuses en « auto-propagagande ». Leurs bilans professionnel, humain et financier sont catastrophiques et doivent être sanctionnés.

Avec un aplomb qui ne peut plus être toléré, Alain de Pouzilhac et sa direction ont, le 23 mai 2012, affirmé qu’ils reportaient de quatre semaines le déménagement des premières rédactions de RFI, en déplorant « la qualité du son des studios dans le nouvel immeuble [qui] ne correspond pas aux exigences d’excellence professionnelle qui sont [celles de l’AEF] ». Quel aveu d’incurie et de mépris des professionnels de RFI, du gouvernement et des contribuables français.

Personne ne peut croire à la découverte d’un tel fiasco, à 48 heures seulement de la date prévue pour ce déménagement et après tant d’alertes émises, depuis des mois, par les personnels et leurs représentants. Ce que dévoile ce ‘contretemps’, c’est que le déménagement de RFI à Issy-les-Moulineaux n’offre aucun avenir à la radio. L’immeuble est délabré (les salariés déjà forcés d’y séjourner décrivent un enfer au quotidien), sa structure incapable de supporter les équipements radiophoniques, ou la documentation de RFI !!! Ce déménagement ne vaut qu’arrêt de mort pour la radio, et dépeçage au profit exclusif de France24, le chouchou de l’AEF.

Synergie ? Non, c’est de vampirisation et d’asphyxie mortelle qu’il faut parler !

Développement ? Non, c’est de démantèlement qu’il faut parler !

Stratégie audiovisuelle publique extérieure ? Non, c’est de basse politique, connivences, outil de communication à usage de « décideurs », de captation de moyens publics qu’il faut parler !

Economies ? Non, trois fois non. C’est de confortable rente immobilière pour un groupe privé qu’il faut parler, en lieu et place d’un loyer versé à l’Etat, par RFI à la bien-nommée Maison de la Radio. C’est de gâchis financier qu’il faut parler, en travaux inutiles, séminaires, déjeuners et autres fêtes. C’est de salaires patronaux indécents, d’inflation onéreuse de postes de direction au détriment des moyens rédactionnels et techniques, qu’il faut parler.

Désavoués par les salariés de RFI qui ont très massivement (94,4%) dit non, par vote le 5 décembre 2011, à la fusion, Alain de Pouzilhac et sa direction n’ont aucune légitimité.

 

RFI

FO  SNJ-CGT  SNRT-CGT  SNJ SUD

Read Full Post »

Les élus de l’intersyndicale, en particulier ceux du CHSCT, ont déjà sonné l’alarme à plusieurs reprises sur les problèmes techniques que posait le bâtiment choisi par la direction à Issy-les-Moulineaux pour accueillir les équipements techniques -lourds- nécessaires au bon fonctionnement d’une radio. Voici leur dernier compte-rendu:

 

Effet trampoline, cloisons vitrées et espaces ouverts avoisinants: les 3 plaies des studios à Issy

Avant la visite effectuée jeudi 10 Mai 2012 à Issy-Les-Moulineaux, concevoir au cœur d’une entreprise de l’audiovisuel des studios de radio tendance  « verrières », jouxtant des flux de circulation et des « open space », cela nous laissait déjà perplexes sur plans.

En découvrant les performances du premier studio « témoin » au 5ème étage de l’immeuble HP, nos craintes ont été confirmées.

Outre l’absence de sas pour accéder au local, une vraie révolution si on se réfère à la conception des studios de la MDR, quel intérêt de privilégier l’utilisation de cloisons vitrées dans la construction des studios, lorsque l’on fait de la radio, de surcroît dans un bâtiment qui n’a pas vocation à recevoir du public ?

…A moins que les caractéristiques du bâtiment d’Issy ne nous contraignent à la pose de ces matériaux plus légers ?

…A moins que ces studios « hybrides » ne se métamorphosent à court terme en studios de télévision ? Les rails au plafond pour les caméras, les espaces généreux, et la conception du  mobilier ne laissent guère de place au doute sur cette évolution déjà anticipée mais non affichée !

Jeudi dernier, côté studio d’enregistrement, après avoir pris soin de fermer correctement la porte d’accès :

–          on distinguait à travers les vitres les voix des personnes qui passaient à proximité du studio ;

–          on entendait clairement le moteur d’un aspirateur en activité à plusieurs mètres, dans un espace prévu pour une rédaction des langues ;

–          de petits coups assénés sur les parois extérieures des cloisons vitrées nous parvenaient très distinctement.

A proximité des studios, la direction ayant imposé un environnement en « open space », l’absence de cloisons favorisera la propagation du bruit qui traversera les cloisons vitrées des studios, dont les performances en termes d’isolation phonique s’avèrent très insuffisantes.

La direction a envisagé des enregistrements de qualité dans de telles conditions ?

Attention… il y a encore plus grave.

Lorsque nous avons pénétré dans ces studios, nous avons tous été frappés par l’instabilité du sol.

Nous avons ressenti un étrange « effet trampoline », comme si nous marchions sur des planches sur ressorts.

Les vibrations de nos pas se propageaient telles des vagues, et étaient perçues par ceux qui se trouvaient à l’autre bout de la pièce.

Tout aussi préoccupant, les divers travaux au sol à l’extérieur des studios étaient ressentis à l’intérieur du studio et de la cabine.

Dans ces conditions, comment envisager notamment de stabiliser des micros fixés sur les tables ?

Au cours de plusieurs CE et CHSCT, la question de la construction de studios de radio, dans un immeuble conçu pour des activités informatiques et administratives, avait été soulevée par l’Intersyndicale.

Les contraintes de charge au sol ?aucun souci, nous avait rétorqué la direction, « les planchers de ces espaces sont d’ores et déjà en partie renforcés pour des contraintes de charges assez voisines de celles de nos futurs studios puisqu’ils servaient initialement aux salles informatiques HP ». (page 129 du PV du CE du 1er juin 2011).

Or, ces assertions étaient erronées : nous avons constaté que nos studios reposaient sur des planches sous lesquelles passent les câbles. Contrairement à la MDR et à Mangin (France Inter), aucune dalle de béton n’a pu être coulée pour stabiliser le sol, car l’immeuble ne peut pas en supporter le poids.

Lors de notre passage, nous avons constaté que des équipes dédiées s’affairaient à calfeutrer  les gaines pour les câbles.

On nous a annoncé qu’il était question également de poser une moquette très épaisse…mais cela n’est-il pas dérisoire et totalement inapproprié eu égard aux véritables causes de cette instabilité du sol ?

Effet trampoline, isolation phonique insuffisante, proximité des « open spaces » et des flux de circulation non cloisonnés : 13 studios en construction à Issy ont été conçus à l’identique, dans un environnement similaire!

Au moment de notre visite, aucun micro n’avait encore été branché dans le studio test…que l’on aurait dû faire tourner durant plusieurs semaines, avant de démarrer les travaux de construction des autres studios.

Dans ce contexte, la direction, opérant une véritable fuite en avant, a décrété que les tests de validation technique des studios allaient démarrer cette semaine !

Nous sommes scandalisés par tant d’improvisation et d’absence de clairvoyance, écoeurés par la mauvaise foi de cette direction qui voudrait nous faire prendre des vessies pour des lanternes, et contraindre les premières équipes techniques et éditoriales à déménager dans moins de deux semaines, dans un environnement de travail non sécurisé et inapproprié à leurs besoins de production et diffusion radio.

Nous demandons à la direction de stopper immédiatement le déménagement à Issy, de revoir notamment la conception de ses studios (stabilité de sol, traitement acoustique) et les espaces de travail environnants.

Le CHSCT devra être informé et consulté avant toute reprise éventuelle d’un processus de déménagement.

Paris, le 16 mai 2012

 

Les membres de l’intersyndicale CGT-FO-SNJ du CHSCT-RFI

Read Full Post »

Lettre ouverte adressée ce  8 mai par l’intersyndicale de RFI (SNJ, FO, SNJ-CGT, SNRT-CGT) au Premier Ministre, aux Ministres de la Culture, des Affaires étrangères et de l’Economie, ainsi qu’aux Administrateurs de l’Audiovisuel extérieur de la France suite à la convocation par Alain de Pouzilhac d’un Conseil d’administration de l’AEF le 10 mai 2012.

Monsieur le Premier Ministre,

Messieurs les Ministres,

Mesdames et Messieurs les Administrateurs,

Paris, le 8 mai 2012

L’alternance politique du 6 mai 2012 impose de mettre un terme à la réforme de l’Audiovisuel extérieur de la France voulue par Nicolas Sarkozy.

Radio France Internationale est menacée, jusque dans son existence, par la fusion juridique et rédactionnelle avec la télévision France24, menée à marche forcée par les responsables actuels de l’audiovisuel extérieur de la France (AEF).

François Hollande a exprimé son soutien aux salariés de RFI en signant la pétition contre la fusion RFI-France24 et pour le maintien de RFI, dans sa dimension multilingue, multiculturelle, en tant que radio internationale publique de la France. Le Président Hollande s’est ainsi engagé à revenir sur le projet de fusion de RFI avec France24.

La tradition républicaine veut que, dans l’attente de la passation de pouvoir, le gouvernement sortant expédie les affaires courantes et s’abstienne de toute mesure engageant l’avenir, a fortiori lorsqu’il s’agit d’une entreprise de service public et que les positions du nouveau et de l’ancien pouvoir divergent.

Dans ce contexte, le président directeur général, Alain de Pouzilhac, n’a aucune légitimité à organiser le jeudi 10 mai un Conseil d’administration de l’AEF.

Les tutelles peuvent-elles se permettre de valider une telle réunion à quelques jours de la passation de pouvoir ?

Monsieur de Pouzilhac et sa direction, désavoués par l’écrasante majorité des personnels de RFI, ne sont plus missionnés pour poursuivre leur entreprise de destruction de notre radio. Il doit donc renoncer à tout acte, réunion de CA, déménagements, nominations, changement de grille, etc.

Nous sollicitons donc l’annulation du Conseil d’administration de l’AEF, prévu jeudi 10 mai.

Monsieur de Pouzilhac n’a d’autre choix que de se conformer lui aussi au suffrage universel.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Premier ministre, Messieurs les Ministres, Mesdames et Messieurs les Administrateurs, en notre haute considération.

CR, Administratrice représentante des salariés de l’AEF

MA, Déléguée syndicale FO, Secrétaire générale SNFORT

ND, Déléguée syndicale SNJ
ED, Secrétaire du Comité d’entreprise de RFI, Secrétaire général SNJ-CGT Audiovisuel

RFI

 SNJ  FO  SNJ-CGT  SNRT-CGT

Read Full Post »

Ou l’information lacunaire

  

Ce jour, 17 avril 2012, la direction a présenté au CHSCT, le Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail, une nouvelle grille unique remplaçant les actuelles grilles Afrique et Monde.

Les élus de l’intersyndicale au CHSCT considèrent que ni les documents fournis, ni les réponses insuffisantes de la direction à leurs questions n’ont apporté d’éclaircissement sur les conditions de travail liées à cette nouvelle grille.

En l’absence d’une information complète, loyale et sincère, telle que devrait la fournir la direction au CHSCT, les élus de l’intersyndicale ont voté une motion pour demander une expertise.

La direction a contesté le bien fondé de cette expertise, suivie par la CFDT.

 

voici le texte de la motion :

Résolution CHSCT du 17 avril 2012

Le 22 mars 2012 et ce jour, la direction de RFI a présenté aux membres du CHSCT un ordre du jour intitulé « Information et consultation sur les conséquences sur les conditions de travail du projet d’une nouvelle grille de programmes Afrique/Monde ».

Les élus du CHSCT demandent une information loyale, complète et sincère sur ce sujet. Au cours des débats, les membres du CHSCT ont mis en évidence le manque d’informations, notamment sur les répercussions de cette « grille unique » sur les personnels travaillant en anglais, en portugais et en espagnol au sein de la « rédaction unique » et qui seront par conséquent, eux aussi, concernés par la « grille unique ».

Ce projet de « grille unique » est un projet important qui modifie les conditions de travail de journalistes et de techniciens chargés de réalisation (TCR) et d’autres catégories professionnelles. Il s’agit d’un changement de l’organisation du travail ayant des conséquences sur les rythmes de travail, avec des risques de stress professionnel accrus. De plus, il peut y avoir des conséquences sur les rémunérations (réduction ou augmentation de travail de nuit et autres éléments variables de paie).

Ce projet important amène le CHSCT à voter le recours à un cabinet d’experts agréé. Le CHSCT souhaite rencontrer plusieurs cabinets d’experts agréés avant de procéder à un choix.

Les membres du CHSCT demandent au Président du CHSCT, M.Pierre MARTINEZ, d’organiser un CHSCT extraordinaire pour voter sur la désignation nominative de l’expert.

Les élus du CHSCT mandatent Mme xxx et, en cas d’empêchement, de Mme xxx, membre du CHSCT, pour suivre la mission d’expertise et éventuellement pour ester en justice, représenter le CHSCT en première instance, interjeter appel, et représenter le CHSCT en appel. Le représentant du CHSCT pourra se faire assister et représenter par l’avocat de son choix.                                                                                                      

RFI – FO – SNJ/CGT – SNRT/CGT – SNJ

Read Full Post »

Compte rendu après la visite à Issy les Moulineaux et réponse au communiqué de l’AEF « Nouveaux locaux, nouveaux bureaux »  

Le dernier communiqué de la holding AEF annonce la présence depuis le 26 mars de nouveaux logos (vitrophanie) collés sur le bâtiment d’Issy. La direction, fidèle à elle même, s’arrête aux apparences et fait abstraction de la réalité.

La réalité c’est que derrière les vitres et les apparences, des salariés étaient contraints de déballer leurs cartons dans des espaces clos, fraîchement repeints et moquettés… Obligés aussi de respirer les émanations chimiques des solvants, colles et peintures des nouveaux locaux  chauffés à plus de 30 degrés !!

Les stores, au lieu de protéger l’open space de l’agréable soleil printanier, ont transformé l’espace vitré en une véritable batterie solaire.

Situation pour le moins gênante qui explique peut-être pourquoi la directrice des ressources humaines de l’AEF, Mme Letierce, a tenté d’empêcher l’accès de l’immeuble à un groupe d’élus de l’intersyndicale. Obéissant aux ordres, le personnel baraqué de la sécurité  a donc repoussé  « les assauts » d’une poignée de manifestants armés de pancartes « belliqueuses » le temps que la DRH consulte le Code du travail. La loi étant claire, Mme Letierce a dû céder et laisser entrer les élus du personnel.

Dans les étages, les élus ont observé M. Teznas du Montcel, directeur technique, en train de s’affairer pour régler la circulation du système de refroidissement de la clim.

Grain de sable qui risquait de gripper la machine de communication de M. de Pouzilhac qui se faisait filmer pour ce moment « historique » ! On peut douter, cependant, que ce film soit exploité un jour. Les images de propagande ont été polluées par les têtes écarlates des salariés transpirant de chaleur sur leurs chaises et les élus, abordant en permanence un PDG fuyant.

Les élus suppliaient ce dernier de laisser les salariés quitter ce site malsain et demandaient les raisons de ce déménagement précipité dans des locaux toujours en chantier.

En fin d’après-midi de ce 26 mars, les dysfonctionnements de la clim enfin jugulés, la direction a communiqué largement sur la normalisation des conditions de travail à Issy.

Notre visite le lendemain, le mardi le 27 mars, nous permet de conclure que les personnes les plus satisfaites par leurs nouveaux locaux sont celles qui ont droit à des bureaux personnels. Et pour cause – elles ont la possibilité de régler dans leur bureau la climatisation, la lumière, de s’isoler du bruit ambiant dans leur espace vitré. Un luxe, réservé désormais à quelques supérieurs hiérarchiques.

Les salariés de l’open space s’entraînent eux à parler bas, passent de moins en  moins d’appels téléphoniques, se sentent épiés dans leurs faits et gestes, souffrent de chaud ou de froid, en fonction de l’état de l’air qui arrive au-dessus de leur tête par un système de soufflerie gigantesque et non réglable. Pareil pour la lumière – on utilise un bouton pour tout un plateau.

Hier, le 27 mars,  à 18h30 au 6ème étage, sous une clim bruyante et peu efficace, au milieu de l’open space il faisait 26°C. On peut imaginer ce que seront les conditions de travail par un jour de chaleur estivale classique ou de froid hivernal ordinaire, sans parler d’une canicule ou d’un froid semblable à celui de l’hiver dernier !

Paris, le 28 mars 2012

RFI

FO  SNJ-CGT  CGT-SNRT  SNJ SUD

Read Full Post »

Chaude  journée que celle du lundi 26 mars !

Nous nous étions donné rendez-vous à la Maison de la radio dès potron-minet pour interpeler le candidat Nicolas Sarkozy invité de la chaîne France Info (interview dans laquelle il a eu cette expression « musulman d’apparence » qui a tant fait jaser hier). Las, dès les premières pancartes sorties, nous avons été bloqués par des policier 10 fois plus nombreux que nous !

Ensuite direction Issy-les-Moulineaux pour rejoindre les premiers salariés exilés qui prenaient leur service dans les nouveaux locaux, et les collègues du CHSCT qui faisaient un tour du site avec le direction histoire de vérifier l’état de conformité des lieux.

Pour notre part, voici ce que nous avons constaté en ce milieu de matinée, après avoir dû batailler pour accéder aussi aux locaux :

Les salariés de la DAI, des Etudes, de la DRH ont dû déballer leurs cartons dans les odeurs de colle, de peinture et par 32°c – ! Pas de clim, des locaux pas ventilés alors que les travaux s’étaient achevés dans les bureaux concernés sans doute pendant le week-end !
Alerté par les élus, ADP s’est élégamment défaussé sur la DTSI et la DAF. Odeurs et chaleur insupportables mais jus d’orange, café et croissants servis par d’accortes hôtesses. Ce sera comme ça tous les matins ?
Le CHSCT suit l’affaire
Autre rendez-vous de la journée : la Cour d’appel sur la fusion. Brillante plaidoirie de maître Rilov ! Et verdict le 14 mai !!!!

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »