Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘diffusion’

Un CE d’anthologie en matière de mauvaise foi et de cynisme ! On a demandé, ce vendredi 13 décembre 2011, aux élus du Comité d’Entreprise de valider un nouveau contrat avec TDF qui entrera en vigueur le 1er janvier 2012. Il porte sur la suppression de 32 heures de diffusion en ondes courtes. Pourquoi consulter les élus, alors que d’évidence tout est déjà plié : l’ancien contrat a été dénoncé sans consultation des instances au printemps 2011, selon le rapport de l’Inspection Générale des Finances, puis renégocié par la direction de RFI, et les dispositions techniques pour sa mise en œuvre ont été déjà programmées.

32 heures, c’est plus du tiers de la diffusion en ondes courtes pour RFI. Or les ondes courtes ont toujours été pour RFI, le cœur du réacteur, le coeur de son activité radiophonique.

La direction de RFI va réduire de manière drastique la diffusion en ondes courtes vers des zones stratégiques. Par exemple, en français vers la RDC ou en portugais vers l’Afrique, en anglais également vers l’Afrique, ou encore en espagnol vers l’Amérique centrale et Cuba.

Pour l’Angola ou Cuba, c’est d’autant plus irresponsable de la part de la direction de RFI qu’il n’y a pas de diffusion FM pour prendre le relais.

La direction a-t-elle négocié avec Raul Castro, à Cuba, ou Eduardo Dos Santos, en Angola, un accord de partenariat ?

Les syndicats de RFI dénoncent le cynisme des dirigeants de RFI qui sacrifient sur l’autel de l’économie d’un million et demi d’euros l’existence même de notre radio sans parler de la pérennité de certains services de langues. Quel peut être l‘avenir du service en portugais vers l’Afrique, quand on ampute toute sa diffusion en ondes courtes ? Même interrogation pour le service en anglais.

Pour la direction de RFI, les ondes courtes ne sont pas modernes mais quels moyens va-t-elle mettre en œuvre pour continuer à atteindre nos auditeurs notamment ceux des zones rurales ? La direction pense-t-elle sérieusement que la téléphonie mobile ou encore internet peuvent être actuellement une alternative crédible à l’onde courte compte tenu des spécificités de notre auditoire ? Tous ces modes de diffusion fragilisent notre indépendance éditoriale car ils dépendent du bon vouloir des pouvoirs en place qui bâillonnent les émetteurs FM, internet ou mobiles quand l’information diffusée par RFI leur déplaît.

Parmi les suppressions décidées, figure aussi le bulletin de la Météo Marine. C’est pourtant  une mission de service public pour RFI. Mais à  partir du 31 décembre 2011, RFI ne diffusera plus ce bulletin quotidien tant attendu par les navigateurs. Ils sont d’ailleurs nombreux à protester, comme en témoigne la lettre* adressée par l’un d’entre eux à la ministre de l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet …

Au moment où les puissances émergentes comme la Chine et le Brésil investissent dans la diffusion en ondes courtes et dans les langues vernaculaires, notamment en Afrique, les dirigeants de RFI font le choix d’abandonner le terrain à la concurrence et de restreindre la présence de RFI et donc de la France dans le monde.

Ce nouvel épisode dans ce mauvais feuilleton que l’on vit depuis trois ans, est la preuve pour ceux qui en doutaient encore de la volonté des dirigeants de RFI de mettre à mort la diffusion radio.

*En voici des extraits :

 

« Navigateur, skipper professionnel, je suis indigné par la suppression, programmée pour le 31 décembre 2011, du bulletin météo marine. Un service public prend une décision discriminatoire qui touche à la sécurité du citoyen.

Ecouté par des milliers de marins à travers l’océan, il représente l’élément de sécurité primordial pour un grand nombre de yachts qui ne peuvent pas s’offrir des équipements de communication par satellite. Personne n’ignore que pour la marine comme pour l’aviation la vie des navigateurs dépend de la météorologie et qu’aucun ne penserait la négliger. »

Read Full Post »