Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘plan de sauvegarde de l’emploi’

RFI

SNJ   FO   SNJ-CGT   SNRT-CGT

 

 MOTION DE DEFIANCE


Nous appelons les salariés de RFI à voter, demain, 24 mai 2011, une motion de défiance, en leur soumettant le texte ci-dessous :

 

Devant la représentation nationale, M.Alain de Pouzilhac a osé prétendre que les salariés de RFI adhéraient à la fusion de RFI et France 24.

Nous, salariés de RFI, l’accusons de mensonge. Ce projet n’est pas le nôtre. M.Alain de Pouzilhac ne représente pas les salariés de RFI qui seront prochainement soumis à un nouveau plan social. 

Je vote la motion de défiance :

          oui

          non

 
 

Le vote se tient ce 24 mai 2011

de 8h30 à 19h,

palier F,

6e étage de la Maison de la radio.

 

 

Vote par procuration : Les procurations de vote faites par mail à des collègues sont acceptées.

(sur le modèle : « Je soussigné(e) …… donne procuration à ……. pour voter à ma place sur la motion de défiance de ce 24 mai 2011. »)

 

Paris, le 23 mai 2011

 

Publicités

Read Full Post »

Suite à l’arrêt de la Cour d’appel du 28 septembre 2009 sur le PSE qui donnait raison au Comité d’entreprise de RFI, la direction avait formé un pourvoi en Cassation afin de faire casser ce jugement.

Dans un arrêt en date du 23 mars 2011, la Cour de Cassation valide l’essentiel sur l’illégalité du précédent plan social. Ceux qui ont été volontaires pourraient s’en plaindre.

Hasard du calendrier, au moment même où la direction décide de mettre ne place une « rédaction unique » la Cour de Cassation confirme le particularisme des rédactions.

Cet arrêt de la Cour de Cassation confirme aussi que nous appartenons tous au même groupe audiovisuel public. Prochaine étape : une seule convention collective pour tout l’audiovisuel.

Read Full Post »

   Acte 1 :  

  Le 11 mai 2009, la Cour d’appel de Paris sanctionne la direction de RFI pour n’avoir pas informé le Comité d’entreprise sur le Contrat d’Objectifs et de Moyens, Contrat présenté comme étant pierre angulaire de la restructuration 2009-2010

     La direction avait cru alors se dispenser d’exécuter la décision et avait formé un pourvoi devant la Cour de cassation.

Acte 2 :

Le 26 octobre 2010, la Cour de cassation confirme l’Arrêt d’appel, écarte tous les arguments développés par la direction de RFI et la condamne même à indemniser le Comité d’entreprise.

***

Nous avions obtenu un second Arrêt de la Cour d’appel de Paris, qui avait permis la transformation du Plan social en Plan de départ volontaire et donc aucun départ contraint.

La direction a également contesté cet Arrêt ; nous serons destinataires dans les prochaines semaines d’un second Arrêt de la Cour de cassation, que nous espérons tout aussi favorable.

Nous vous tiendrons naturellement informés de l’acte 3                                                  

Read Full Post »

Jeudi 27 mai, c’était la réunion de rentrée du nouveau Comité d’entreprise et il fallait procéder à l’élection du bureau.

Communiqué de l’intersyndicale FO – CGT – SNJ de RFI

 » Ce jeudi matin, en comité d’entreprise, Alain de Pouzilhac a enfin dévoilé au grand jour sa stratégie :

Dès l’ouverture de la séance, il a tranché en faveur de la CFDT en accordant un vote à bulletin secret au lieu d’un vote à main levée, garantie de transparence.

C’est la première fois qu’un président de RFI rompt avec la neutralité en vigueur jusqu’à présent. C’est aussi une grande première dans tout l’audiovisuel public.

La loi prévoit que les élus votent sur les modalités du scrutin. La CFDT et le président de RFI ont voté pour un vote à bulletins secrets. L’Intersyndicale a voté pour un vote à main levée.

Résultat 7 contre 7, alors que les dernières élections professionnelles ont donné 7 sièges à l’intersyndicale et 6 à la CFDT.

Alain de Pouzilhac a mis tout son poids pour faire pencher la balance en faveur de la CFDT.

La connivence entre la CFDT et Alain de Pouzilhac était claire et annonçait le même scénario pour l’élection du secrétaire et du bureau du Comité d’entreprise.

L’intersyndicale, majoritaire, fait le choix d’une candidature d’union au secrétariat du comité d’entreprise en la personne d’Elisa Drago (CGT). Devant cette détermination, le président Pouzilhac recule et ne prend finalement pas part au vote du secrétaire du C.E.

Patrice Chevalier (FO) est élu secrétaire adjoint et Silvia Celi (SNJ) trésorière.

Comme elle l’a fait depuis 3 ans, l’intersyndicale s’engage à nouveau en toute indépendance pour la défense des droits des salariés. L’intersyndicale remercie Maria Afonso, secrétaire sortante, pour son investissement sans pareil notamment contre le plan social. »

Paris, le 27 mai 2010

Read Full Post »

Le CE RFI et RFI riposte vous invitent :

  

Le mercredi 10 février à faire la Fête !!!!

 

 

 

  Comment se rendre à la fête du 10 février

Read Full Post »

Les salariés ne baissent pas les bras… 2010 s’annonce troublée :

dans l’Humanité :  » En 2010, les salariés de RFI restent mobilisés  » (le 28/12/09)

Satmag.fr de du 21 décembre : la grève du 7 janvier pour laisser partir 69 salariés

et l’AFP du 22 décembre :

Plan social à RFI : appel à la grève « illimitée » à partir du 7 janvier  (AFP)

PARIS — Les syndicats FO, SNJ, SNJ-CGT et SNRT-CGT de Radio France Internationale (RFI) appellent lundi à une grève « illimitée » à partir du 7 janvier pour demander notamment à la direction d’accepter de faire partir l’ensemble des volontaires au départ dans le cadre du plan social.

Quelque 270 salariés de la station publique sont candidats au départ dans le cadre du plan social qui ne prévoit que 201 suppressions d’emplois sur un millier.

« Il y a 69 +recalés+ du volontariat. Nous voudrions qu’ils soient acceptés au départ car une personne qui fait cette démarche se met dans une logique de quitter l’entreprise », a expliqué Maria Afonso, secrétaire (FO) du comité d’entreprise.

Les quatre syndicats, à l’origine de la précédente grève contre le plan social – la plus longue de l’audiovisuel public depuis 1968 – demandent « le remplacement des salariés correspondant aux 69 postes supplémentaires qui seront ainsi libérés », expliquent-ils dans un communiqué.

Ils demandent aussi un « engagement écrit de la direction qu’il n’y aura pas de licenciement sec ou contraints » et « l’ouverture de négociations sérieuses sur les conditions et l’organisation du travail ».

« On veut respecter la trêve des confiseurs », a commenté Mme Afonso au sujet du choix de la date. Les « recalés du volontariat » doivent tenir de leur côté une assemblée générale mardi.

Le guichet départs, ouvert fin octobre, a été clos début décembre. Etant donné le nombre importants de candidats, la direction souhaite s’en tenir dans un premier temps à 201 départs car « avec 270 suppressions de postes non remplacés, l’entreprise ne tournerait pas », selon elle.

Le plan social annoncé en janvier prévoyait initialement 206 suppressions d’emplois mais comme cinq postes étaient déjà non pourvus, le chiffre a été fixé à 201.

Le plan annonçait également la fermeture de six rédactions de langues (allemand, albanais, polonais, serbo-croate, turc et laotien). La diffusion hertzienne des programmes de RFI en allemand, polonais, laotien et albanais s’est arrêtée le 19 décembre. Le turc, uniquement accessible sur le net, doit cesser le 31 décembre. Les programmes de la rédaction serbo-croate de RFI continuent d’être diffusés via une filiale.

Read Full Post »

La direction voulait que la séance du Comité d’entreprise extraordinaire, convoquée ce vendredi 23 octobre, soit le point final d’une procédure qui dure depuis 9 mois. Exceptionnellement, pour l’occasion, le président était présent alors qu’on ne l’avait pas vu au CE depuis 5 mois. Mais en réalité, cette réunion ne fait que donner le coup d’envoi d’une nouvelle bataille judiciaire.

 La majorité des élus considère que cette séance a été convoquée de façon illégale :

  •  La séance, selon la direction, était la reprise de la séance suspendue le 29 juin, soit 4 mois plus tard. Si une suspension a lieu, elle doit faire l’objet d’un vote. Or la séance du 29 juin a été suspendue sans vote.
  • La séance de ce jour a été convoquée sans un ordre du jour propre, malgré les dispositions légales.
  • La direction a présenté un document (Livre III) profondément remanié, comportant notamment 100 pages de plus, ce qui aurait dû l’amener à reprendre la procédure depuis le début.
  •  Enfin et surtout, ce nouveau Livre III ne répond pas aux injonctions de l’arrêt de la Cour d’appel.

 Le contenu de ce  nouveau plan présenté au Comité d’entreprise est plus illégal encore que le précédent, notamment sur les mesures de reclassement.

 Après avoir voté 3 délibérations, la majorité des élus a levé la séance et s’est retirée.

La direction a ensuite continué à siéger avec les autres élus.

Dans ces conditions, dès maintenant, le CE a décidé de saisir la justice pour faire condamner la direction de RFI à se mettre enfin en conformité avec la loi.

La majorité des élus estime que la procédure d’information et consultation du Livre III redémarre à son début. Ainsi,  nous avons désigné un expert-comptable qui fera son travail d’analyse, et nous espérons que la direction de RFI et de l’AEF n’entravera pas ses démarches.

 Au total, nos employeurs continuent à passer outre les décisions de justice qui les condamnent. Ce comportement est irresponsable, et nos dirigeants savent pertinemment les risques auxquels ils s’exposent.

Read Full Post »

Older Posts »